ACTUALITE

Et si l’on en parlait… Amsatou Sow Sidibé et son salaire : blocage indécent

  • Date: 21 avril 2016

Le blocage du salaire de Amsatou Sidibé est étonnant et énigmatique à la fois. S’il est vrai que son salaire de Professeur d’Université a été suspendu durant la période où elle était Ministre-Conseiller à la Présidence de la République, elle doit normalement bénéficier des règles républicaines en percevant comme tout ministre qui quitte ses fonctions.

Ne plus recevoir son salaire du corps d’origine et voir celui qui lui revient de droit être bloqué en guise de représailles est insoutenable. Si Amsatou Sow Sidibé en arrive à en parler publiquement, c’est parce que la situation devient finalement insupportable pour elle. Et s’il s’avère, comme elle le dit, que ce blocage de son salaire est une instruction de la Présence de la République, ce n’est pas grave. Le régime cherche à la déposséder, la pousser aux jérémiades et lui donner l’image d’une personne qui n’est intéressée que par l’argent. C’est plutôt hideux et odieux !

Et puis, en quoi Amsatou Sow Sidibé constitue-t-elle une menace pour l’APR et Macky Sall pour être soumise à un rythme de vie infernale juste parce qu’elle n’est plus de la mouvance présidentielle ?

Pour la première fois, un débat se pose sur le blocage d’un salaire de ministre et ce qui est inélégant et impertinent est cette cynique volontaire de la dépouiller et lui faire subir son refus de s’accommoder à une politique de subordination.

Pour la femme qu’elle est et pour son apport politique et intellectuel à l’avènement de Macky Sall au pouvoir, si minime soit-il, le régime aurait-pu avoir la grandeur et la hauteur de se séparer d’elle avec une certaine élégance politique.

Et ce cas devrait amener à constater que le régime actuel est prompt à poser des actes pareils. Chaque fois qu’une personnalité politique quitte la mouvance présidentielle, ou n’est pas du « Macky », une certaine rancœur se manifeste à travers des pratiques peu orthodoxes. On en a vu avec Bamba Dièye, Malick Gackou, Khalifa Sall, Idrissa Seck, etc.

Le pouvoir partisan utilise l’État comme instrument de représailles soit pour étouffer le nouvel adversaire dans ses légitimes responsabilités, soit pour épier autour de lui un grain de sable à l’amener à la DIC.

En suspendant unilatéralement le salaire d’Amsatou Sow Sidibé, le régime étale plus une faiblesse et une fragilité qu’une force politique. Il manifeste sa frilosité et son impotence par des pratiques repoussantes et vilaines.

En politique, tout compagnonnage finit par une rupture. C’est une réalité que n’intègrent jamais les mauvais perdants. Considérer une personne comme un archange parce qu’elle est avec soi, et vouloir lui donner l’image d’un diable parce qu’elle n’est plus du Macky relève de la légèreté et d’un manque de foi.
Ce blocage du salaire de cette femme est indécent et inconvenant. Il est en contraste avec les dispositions légales et les normes républicaines.

Il pue même une détermination à tenir en laisse les autres Ministres-Conseillers surtout les alliés à la manière d’un manœuvrier qui suspend au bout d’une corde un aliment au-dessus de la bouche d’un félin.

Ce qui est indubitable est l’indécence de cette question de salaire bloqué depuis des mois dans la seule perspective d’exprimer une rancœur contre une personne dont la seule impertinence est d’avoir dit Non.

Le Piroguier

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15