ACTUALITE

Et si l’on en parlait… Dialogue politique : Ça coince…

  • Date: 24 mai 2016

Finalement, aucun acteur pratiquement ne veut d’un dialogue politique. Les raisons sont multiples. Pour une importante partie de la Société civile, le Sénégal n’est point en crise pour qu’un dialogue politique soit mené. Fatou Sow Sarr en a donné des explications. L’opposition, de son coté, en rigole. Le Président Pape Diop a eu raison de se démarquer d’un tel dialogue considérant à raison que le Sénégal n’est pas en crise mais a des problèmes que Macky Sall doit résoudre.

Les problèmes du Sénégal ne sont donc pas politiques. Ils sont sociaux. Ce sont les questions sur le train de vie des Sénégalais, du retard du Sénégal par rapport aux autres pays africains, de la prévarication par l’Assemblée nationale si politicienne des finances publiques par le non-versement volontaire de l’impôt, de la situation catastrophique de l’école, de la santé, de l’environnement, du commerce et globalement du train de vie des citoyens.

Dans les rues, les faubourgs et les marchés, les citoyens se posent des questions. Une vendeuse de poissons fulmine : «  Dieu soit loué ! Que se passe-t-il ? Il parait que Macky Sall appelle à un dialogue. Quel est le problème ? ». Et cette question d’une anonyme vendeuse de poissons est bien celle de beaucoup d’autres Sénégalais.

Le Sénégal est en paix et sa démocratie marche bien. Ce pays n’a aucun problème. Par conséquent, Macky Sall se trompe. Se mettre au travail et donner aux Sénégalais des raisons de croire que le génie humain existe est la seule responsabilité qu’il doit assumer.
On ne le dira jamais assez. Quand un pays démocratique n’est pas en crise, c’est le sentiment de crise animé par la classe politique politicienne qui constitue la crise elle-même. Macky Sall a commis une erreur gigantesque, celle de se claquemurer dans une gestion solitaire du pouvoir jusqu’à prendre des décisions unilatérales ou d’annoncer des ukases sans même se concerter avec les gens de son camp. D’ailleurs, l’APR ne veut même pas de ce dialogue politique.

Et quand la Société civile n’est pas partante, quand la classe politique se montre dubitative, quand le camp du pouvoir même est totalement sceptique, le dialogue politique devient alors inutile et impertinent.

Sans le savoir, Macky Sall est en train d’hypothéquer ses atouts et sa chance historique. Il se donne le profil d’un traceur de destin et le statut d’un maitre messianique ayant en charge la question de la vie et de la mort de la Nation. Soit il est mal conseillé, soit il mène inconsciemment sa pirogue vers un naufrage qui peut le surprendre et surprendre son parti. La ruée vers son camp est une simple question de circonstance et non de conviction. Ceux qui adhèrent à son parti, ceux qui le célèbrent et le louent n’épient que le pouvoir qu’il tient. Et il s’en rendra compte tardivement. Et qui va lui dire que ceux-là qui le flattent et le flagornent ne sont intéressés que par le pouvoir qui lui est revenu ?

Ils applaudissent à un dialogue politique auquel ils ne croient pas. Les observateurs s’interrogent. Mais les Sénégalais n’en comprennent rien. Macky Sall devrait plutôt se focaliser sur les problèmes du pays et œuvrer à les résoudre plus que se s’enfermer dans un débat politicien qui attarde tout le monde. C’est le conseil d’un petit-fils de Mame Thierno Birahim, Ndamal Darou !

Le Piroguier

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15