macky sall

Et si l’on en parlait… Oui ou Non : un bon débat pour Macky Sall

Devant l’Assemblée nationale, une femme député exalte : ce débat sur le référendum nous arrange bien, nous de l’Apr et arrange Macky. On ne nous tympanise plus sur des scandales et de petits problèmes. Le sourire étriqué qui accompagne ses mots rend bien compte d’une belle aubaine pour le régime de faire oublier certaines questions.
L’opposition, la Société civile et la presse rendent ainsi un excellent service à Macky Sall. Elles orientent le débat public vers le référendum et la polémique qu’il suscite, mettant en apnée les grandes questions qui interpellent le régime.

On ne parle plus de la dynastie Faye-Sall. On ne parle plus de l’affaire Lamine Diack. Les Affaires Petro Tim, Timis Corporation, Cosmos Energie, Banque de Dakar, qui impliqueraient le petit-frère du président de la République, la gestion des ordures de Dakar, l’aménagement de la Place de l’Indépendance sur fonds de conflit de compétence entre la Ville de Dakar et le ministère du Cadre de vie et du Renouveau urbain, l’ emprunt obligataire qui vise à affaiblir le Maire de Dakar, l’envoi de troupes à la frontière saoudienne, le refus du ministère de l’Éducation nationale de respecter un arrêt de la Cour suprême, image désastreuse de l’Assemblée nationale majoritairement occupée par une classe politique favorable à Macky Sall, les luttes fratricides dans l’Apr, la crise scolaire et universitaire, la crise de l’économie maritime ne sont évoqués nulle part.

C’est une belle chance pour Macky Sall et l’Apr. Avec ce débat sur le référendum, sur le Oui ou le Non, ils trouvent une belle occasion de clore certains débats gênants et incommodants, laissant l’opposition, la Société civile et la presse de se fondre dans la polémique avec des gens du pouvoir très versés dans la polémique politicienne.

Durant tous le premier trimestre de l’année 2016, le Sénégal va être tenu en haleine par ce débat. Les questions sociales ne sont plus une priorité. Le débat sur les scandales qui mettent en cause la crédibilité des institutions et de ceux qui les incarnent est renvoyé aux calendes grecques.

Le régime semble retrouver une sorte de virginité politique. Il n’est interpellé que sur la question du référendum, sur le reniement de la parole donnée et sur des astuces et des ruses à résilier.
Toute la classe politique est embarquée dans ce débat. De grands sujets de survie sont mis de côté. Rien ne semble pertinent actuellement que le débat sur le référendum. Les Directeurs de société, les Ministres, les députés, les Ministres-Conseillers, les Ministres délégués et les Secrétaires d’État quittent l’espace de l’État et de la gouvernance pour investir le champ partisan, mener des campagnes et trouver les voies et moyens de faire triompher le Oui par un haut taux de participation. Macky Sall même va promptement descendre sur le terrain.
Le pays est immobilisé. L’économie nationale est figée. N’est dans une dynamique mobilisatrice que la question du référendum. Pour Macky Sall, c’est une excellente chose. Avant son discours du 16 février 2016, les regards étaient tous orientés sur les scandales politico-financiers auxquels il fallait impérativement apporter des explications. Les attentions étaient fixées sur la crise scolaire et universitaire et sur la demande sociale. Ce débat sur le référendum les éclipse et rend un service immense à Macky Sall.

Le Piroguier

Voir aussi

direc

[SUIVEZ EN LIVE HD] : Ouverture de la 5ème édition de l’Université Républicaine de la COJER à Saly Portudal