6145972-9180657

Et si l’on en parlait… Rapport de l’OFNAC : Macky devant ses responsabilités

Rien n’est aujourd’hui plus important que le rapport de l’OFNAC qui met à nu une gestion prédatrice, chaotique, désastreuse et scandaleuse du bien commun et des finances publiques. Aucun débat ne doit l’occulter.
Macky Sall a prôné urbi et orbi une gouvernance sobre et vertueuse. Il a triomphé de Wade non qu’il soit un génie encore moins un messie mais parce qu’il a eu le courage historique d’inviter Karim Wade, fils de son père et tout puissantissime Ministre d’État d’alors à éclairer la représentation nationale sur l’usage qu’il faisait de l’argent public. Il a, dès son élection, fait sonner les étriers de la CREI qui a jugé et fait embastiller de supposés coupables. Mais les citoyens qui ont applaudi ont vite désenchanté à la vue de l’impunité dont ont joui des prédateurs dont le seul mérite est d’avoir rallié le camp du pouvoir.
Aujourd’hui, ce sont des gens de son propre régime et de son propre camp qui sont épinglés par l’OFNAC pour une gestion scandaleuse et abjecte de finances publiques. Président de la République et chef de l’État, chantre de la gouvernance sobre et vertueuse, personnalité suprême qui nomme aux emplois civils et militaires, ses responsabilités morales et politiques sont conséquemment interpellées devant la Nation et devant l’histoire.
La poursuite et la protection du bien commun et de l’intérêt national est la raison d’être de son autorité d’État. Avec le rapport de l’OFNAC, les Sénégalais découvrent non seulement une dilapidation des finances publiques par une gestion désinvolte et ravageuse mais aussi une trahison de sa confiance même de président de la République qui leur a confié des responsabilités et une tromperie du suffrage électoral par des élus locaux.
L’appartenance à l’APR ne doit point être une garantie d’impunité. De l’égalité de toutes les personnes devant la loi découle avant tout le principe du bien commun. Et ce bien commun est à chacun et à tous.
Les secteurs de la Santé, de l’Éducation, du Tourisme, des Transports terrestres ainsi que de nombreuses Collectivités locales sont maillés par des pratiques hideuses qui vont de la corruption au détournement de deniers publics en passant par une série de faux, d’usages de faux et d’escroqueries.
Le secteur privé consent à des sacrifices étouffants pour rester inextricable aux normes de gestion qui permettent la performance. Ailleurs, des citoyens sénégalais sont embastillés, accusés de détournements de deniers publics. Il serait donc inadmissible que d’autres se donnent la permissivité de lécher le bien public en torpillant les élémentaires règles de gestion publique sans être inquiétés parce qu’ils sont du camp du pouvoir.
C’est l’intérêt national qui est en jeu. Et Macky Sall qui a entre ses mains le destin national est devant ses responsabilités. Aucune pression, aucun esprit partisan, aucun clanisme politicien ne devrait l’amener à mettre les coudes sur ce rapport de l’OFNAC dont la responsable Nafi Ngom Keita mérite d’être auréolée du diadème de l’excellence et de la performance pour un travail accompli avec dignité, responsabilité et clairvoyance.
La gouvernance sobre et vertueuse que Macky Sall prône n’a sens et de signification que par l’exemplarité et la prise de responsabilités dans la poursuite des fins dernières de la Nation et de l’intérêt général. Devant ce rapport de l’OFNAC, le Président Macky Sall n’est coupable de rien.
Mais sa responsabilité morale, historique et institutionnelle est engagée. La Nation est à son écoute.

Le Piroguier/rewmi quotidien

Voir aussi

dionne-valls

FINANCEMENT DU PLAN SENEGAL EMERGENT 317 MILLIARDS DE F CFA D’APPORT DE LA FRANCE DEPUIS 2014

Le Premier ministre français Manuel Valls, en visite à Dakar depuis  jeudi,  et son homologue …