téléchargement

Et si l’on parlait… Le sincère aveu de Aboul Abel Thiam sur l’APR

Pour la première fois, depuis qu’il est dans le Macky, le journaliste Abou Abel Thiam s’illustre, sur la nature de l’APR, par une vérité irréfutable que nul ne peut contredire. Contrairement aux Mackysards qui se vautrent dans le pouvoir, jouissant de sinécures sur fond de coups bas et de délations, Abou Abel Thiam pose un grand débat politique qui interpelle Macky Sall.

Son alliance a plus l’air d’un vaste Mbotay, regroupement public de circonstance, que d’un parti politique. D’ailleurs, « l’APR, à ce jour, n’est pas un parti politique. Un parti, ce sont des organes, une circulation de l’information de bas en haut et de haut en bas, la responsabilisation des combattants, mais aussi des prises de décisions à l’interne, à travers lesdits organes », remarque Abou Abel Thiam.

Mieux, il assène une vérité qui malheureusement ne peut avoir de suite : la promotion de dealers politiques, de transhumants, de néo-politiciens, de routiers et de condottieri au grand dam de ceux qui furent à la guerre et surent être partout. Finalement, l’APR est un grenier de promotion de transhumants et d’opportunistes Elle est devenue un parti burlesque qui n’a aucune structure régulière et fonctionnelle. Elle fait du bruit par une communication folklorique mais n’a aucune majorité, ni à l’Assemblée nationale, ni dans le gouvernement, ni même dans le futur HCCT déjà promis au Socialiste taciturne, Ousmane Tanor Dieng.

Macky Sall parait plus à l’aise avec ceux qui ne sont pas de l’APR et qui l’ont combattu avec atrocité qu’avec les orfèvres de son épopée politique. Il les promeut et leur tresse des lauriers. Abou Abel Thiam remarque même qu’il y a dans l’APR, «  des gens pour armer, encourager et promouvoir ces gens-là, se faire les complices de leurs deals ! ». Et il avise que «  des complots nés de cet état de fait ont été éventés, et d’autres sont en gestation et visibles pour qui sait observer ».

Pourtant, ils sont nombreux dans l’APR, à la Présidence, dans les Institutions et les Hauts Services à constater cette sombre réalité. Mais personne n’ose la révéler et la dénoncer par peur de perdre la sinécure qui a changé leur train de vie.
L’APR fonctionne au rythme d’un dirigisme désinvolte, anarchique, unilatéral et autoritariste. Chacun y contrôle chacun et y surveille tout le monde. Les prétendues structures et autres mouvements associés ingurgitent des millions que Macky Sall leur octroie pour leur fonctionnement. Et cela aboutit à des batailles atroces pour le contrôle du butin, des batailles durant lesquelles la délation s’accouple à la turpitude et le mauvais s’unit au pire.
Le récent Conseil des Ministres décentralisé en banlieue a donné une lecture capillaire de ce qu’est ce parti : dans une anarchie indescriptible, les apéristes se sont illustrés, sans pudeur, par des batailles féroces de positionnement, de mégalomanie et de disputes béotiennes autour de l’argent envoyé par Macky Sall pour la mobilisation.

L’APR n’a qu’un seul et unique responsable, une seule et unique autorité, son propriétaire Macky Sall, assailli et sous informé sur les réalités de son parti qui n’a aucune structure régulière. Chacun se croit détenir une force et une légitimité pour dire et faire ce qu’il veut dès lors qu’il possède un fauteuil avantageux et succulent. Voila l’APR : désinvolture, unilatéralisme, haine, jalousie, transhumance, prédation et claudication. Seul le pouvoir le tient et rien d’autre !

Le Piroguier

Voir aussi

telechargement

La Gambie interdit l’importation de bois venant du Sénégal

Une bonne nouvelle pour les populations de la Casamance. Le Président Yaya Jammeh a décidé …