téléchargement

Et si on en parlait… Ces ministres fantômes que nul ne voit en action

Le Gouvernement est pléthorique. Même s’il n’y avait pas d’alliés à caser, il en serait ainsi. Être ministre, au Sénégal, est une victoire sociale et une consécration politique et non une lourde mission à accomplir devant l’histoire pour l’intérêt national. Dans certains pays, le président de la République ou son Premier ministre court derrière l’homme politique ou le technocrate pour l’amener à assumer des responsabilités dans son Gouvernement. Au Sénégal, c’est le contraire : on manœuvre et on verse même dans l’obscurantisme et le maraboutisme pour être ministre.

On a vu des responsables politiques retourner à leurs bases pour se faire fêter parce qu’ils ont été nommés ministres. Et certains n’hésitent pas à pleurer comme des gamins parce que émus devant la foule qui l’accueille à l’applaudimètre pour le féliciter. Il suffit de manœuvrer, d’investir les média, crier à tue-tête, attaquer férocement les adversaires ou ceux qui critiquent ou défendre jusqu’à la démesure le Président pour être nommé Ministre. Certains occupent des Ministères qu’aucun Sénégalais ne peut donner avec exactitude l’appellation. D’autres sont simplement inconnus. Nul ne les voit à l’œuvre. Leurs faciès n’apparaissent que lors des Conseils de Ministres ou des cérémonies officielles. Et comme des candidats à l’entrée en 6ème, ils n’apprennent pour la réciter qu’une leçon : le Plan Sénégal Émergent (PSE) qu’ils articulent à tout ce qu’ils disent. Et Dieu sait qu’ils en ignorent l’essentiel même du contenu.

Le plus grand problème gouvernemental du Sénégal est que les Ministres ne sont pas soumis à des obligations de résultats et de compte-rendu. Comme il aurait été concluant qu’à une période déterminée chaque ministre se présente, non devant ce parlement partisan soumis à l’exécutif, mais devant un jury multicolore crédible et libre pour rendre compte de sa gestion et indexer ses résultats et ses œuvres réalisées !

Le Piroguier

Voir aussi

dionne-valls

FINANCEMENT DU PLAN SENEGAL EMERGENT 317 MILLIARDS DE F CFA D’APPORT DE LA FRANCE DEPUIS 2014

Le Premier ministre français Manuel Valls, en visite à Dakar depuis  jeudi,  et son homologue …