ACTUALITE

Et si on en parlait….  Encadrer  les motos «Jakarta»

  • Date: 6 octobre 2015

A Dakar, on peut difficilement se faire une idée des dégâts causés par les motos dites « Jakarta ». D’abord, à cause d’une circulation dense, elles préfèrent plutôt rouler dans la banlieue, ensuite, leur utilisation  ne faisait pas partie de nos  mœurs, contrairement  à ce qui se passe dans des villes comme Ouagadougou, Bamako ou Conakry.

Pour autant,  avoir une idée, même approximative des accidents de la route causés par les motos, est une gageure.  Surtout  en l’absence de statistiques nationales. On est  obligé de  se rabattre sur le nombre de cas qui ne cesse d’aller crescendo et  les lits qu’ils réquisitionnent dans des hôpitaux comme Principal et Grand-Yoff.

A l’intérieur du pays en revanche, il ne se passe presque de semaine sans qu’on n’enregistre de décès, ou des blessures graves chez les conducteurs. Et à  l’analyse, on retrouve toujours les mêmes causes que sont la non maitrise de ces engins trop puissants, le non respect  ou l’ignorance totale du code de la route,  la nature du sol  « dior  » glissant peu propice à abriter les prouesses des  deux-roues, mais  aussi la jeunesse et l’imprudence des conducteurs, des ados  pour la plupart.

Si on y ajoute la fatigue due à une présence de  plus de 12 heures de selle par jour et la consommation d’alcool de certains   « Jakartamen », il devient aisé de comprendre pourquoi tant d’accidents arrivent. Il y a un travail important  à faire à ce niveau, pour une question de sécurité des utilisateurs et leurs passagers, quoi que l’Etat, sans doute sous-informé, ne semble pas jusqu’ici prendre le taureau par les cornes pour mettre un terme à ces tueries stupides de  jeunes gens à la fleur de l’âge.

Pourquoi ne pas mener tout de suite une enquête pour connaître le nombre annuel de morts et  prendre des mesures draconiennes  pour obliger les conducteurs à  se conformer au code de la route, comme les automobilistes ? Pourquoi ne pas contraindre tout le monde à avoir le permis et à porter un casque ? Important en tout cas d e passer par cette étape.

Le  Piroguier

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15