ACTUALITE

Et si on en parlait… Exécution politique en Gambie : une occasion à saisir pour le Sénégal

  • Date: 19 avril 2016

« La Gambie est une simple banane dans la bouche du Sénégal », caricaturait le Professeur Joseph Ki-Zerbo. Mais cette banane étouffe et empêche toute une Nation de glousser. En somme, elle indispose et fatigue le Sénégal.
Depuis deux décennies, cette banane, la Gambie, est entre les mains d’un schizophrène aux méthodes monstrueuses et cyniques qui a le galbe d’un comédien malade de ses dérives dépressives. Sinistre chartrier de rebelles qui mettent en halètement l’unité et l’intégrité territoriale du Sénégal, cet homme au nom désopilant et burlesque ne devait point être un problème pour le Sénégal. Géographiquement, politiquement, stratégiquement et diplomatiquement, le Sénégal aurait dû prendre ses responsabilités devant la communauté internationale pour mettre au pas ce pays et son despote.
Il convenait de mobiliser les énergies pour un contournement efficace de ce petit territoire en l’isolant par voie terrestre comme par voie maritime pour le soumettre à une politique raisonnable en phase avec les valeurs de la civilisation universelle.

Le pouvoir rend fou. Et ce despote est fou. Il est un aliéné, un désaxé et un paranoïaque qui n’a de respect ni pour l’humanité paranoïaque, ni pour la communauté internationale, ni pour les Sénégalais. Pour le Sénégal, il dispose simplement d’une recette de perturbation et de supercherie avec le périssant irrédentisme casamançais. Le mal est que les chefs d’État sénégalais qui se succèdent, particulièrement Diouf, Wade et aujourd’hui Macky semblent mener son jeu en le suivant sur un terrain d’imposture par des civilités diplomatiques

Leur responsabilité est de mener ce jeu, un jeu qui ragaillardit le despote de ce pays en se permettant même d’exécuter des citoyens sénégalais sans aucune forme de procès, narguant l’Autorité d’État du Sénégal en le raillant par un discours désinvolte et infantile.
Le peuple du Sénégal est meurtri par sa gouvernance maniaque, sa politique répressive et son cynisme homicide, expression d’un despotisme que subit le peuple frère de Gambie pris en otage par fou qui éprouve une délectation à apprendre une âme qui s’éteint sous les coups de ses auxiliaires qui exécutent de sales besognes.

Si le Sénégal ne prend pas ses responsabilités, ce fou de Gambie ciblera le sol alentour de son pays pour s’en approprier ou ajustera ses armes à balles réelles sur les concitoyens qui vivent sur son territoire. Et ce serait tard.
Déjà, son régime prend en otage des agents de l’État après avoir offert l’asile à un prisonnier dangereux juste pour narguer le Sénégal. La spirale de sa folie despotique contre le Sénégal n’a jamais connu de répit. La boucherie politique qu’il mène dans ses prisons est incessante.

Pour le Sénégal, après la levée de bouclier de la communauté internationale et surtout avec la sortie du Secrétaire général de l’ONU, l’occasion est belle pour jouer carte sur table avec le tyran de Banjul et mettre définitivement les points sur les i.
Il ne manque ni d’arguments, ni de partenaires internationaux aussi bien dans la sous-région que dans le reste du monde pour mettre fin au calvaire que subit le peuple frère de Gambie et faire arrêter le jeu abject qui est mené contre les citoyens sénégalais qui y vivent et contre l’intérêt national.

Le Piroguier

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15