Accueil / ACTUALITES / Et si on en parlait Guinée : L’opposition a bien le droit de secouer le cocotier

Et si on en parlait Guinée : L’opposition a bien le droit de secouer le cocotier

Saisir la CDEAO ! C’est le seul recours qui reste à l’opposition guinéenne  après sa dénonciation  d’un  hold-up électoral ourdi par Alpha Condé, qu’elle taxe par ailleurs d’orfèvre en la matière

A juste raison ? Il est en tout cas clair que la communauté internationale qui  n’y a vu que du feu, s’est encore laissée piéger par la parti au pouvoir en Guinée. On ne lui a montré que l onde de surface. La lame de fond étant beaucoup plus puissante.

Comment en effet, parler  d’équité dans un scrutin, en  négligeant tous les points de revendication pour ne se fonder que sur l’atmosphère qui a prévalu ? Au vu de cette attitude, il va de soi que  l’opposition  guinéenne est parfaitement dans son droit, lorsqu’elle dénonce l’imposture, et se donne le droit de faire appel à la rue car elle sait que les juges guinéens sont aux ordres du Palais!

Ok donc pour l’appel aux manifestations de rue pour la manifestation pacifique de la vérité. Ok également pour saisir la CDEAO,  seule habilitée à trancher le différend,  sans toutefois prêter le flanc en commettant des violences dont Condé pourrait justement se servir comme prétexte,  pour mater et continuer son règne. On ne peut pas passer sa vie à compter les morts en Guinée, après chaque élection.

Le Piroguier

À voir aussi

Traqué par le Sénégal et la police américaine, la demande d’asile politique pourrait sauver Assane Diouf

Beaucoup d’informations contradictoires circulent sur l’arrestation du Sénégalais Assane Diouf qui vit aux Etats-Unis par …

GO : Quand le professeur Hamidou Dia passe à cote

Pas d’accord du tout Depuis les idioties de Penda Ba, ca mousse de partout. Mais …