ACTUALITE

Et si on en parlait… HCCT, AFFAIRE DE PARTIS- Tanor confirme et Maël Thiam jubile

  • Date: 28 novembre 2016

Sur proposition de Macky Sall, Président de la République, de l’APR et de la Majorité politique, Ousmane Tanor Dieng, Secrétaire général du PS, nommé Président du HCCT, a constitué le Bureau de la nouvelle Institution qui donne une inédite architecture de la République du Sénégal.

Malheureusement, de la campagne territoriale à la constitution de son Bureau par Tanor du PS qui reçoit enfin sa part du Macky, le HCCT ne soulève aucun enthousiasme. Il est encore conçu comme une affaire de politiciens boulimiques et jamais assouvis.

Les gens du pouvoir peinent encore à convaincre de son utilité  et le HCCT demeure impopulaire. Bien avant même sa nomination, Tanor faisait sonner ses étriers défendant « un parachèvement de l’architecture institutionnelle du Sénégal ». Mais son apologie ne fait que faner la rose du rond-point de Colobane en mettant le Vert socialiste aux couleurs pain-chocolat de l’APR.

Et le jubilé des militants nommés dans ce HCCT illustre que la gloutonnerie et la mauvaise foi sont les sèves nourricières des acteurs politiques, prêts à tout pour mener sur des sacs sordides la danse macabre des soupeurs de l’argent du contribuable.

Ces politiciens, comme on n’en a toujours vu au Sénégal, s’attablent au pouvoir pour bouffer le Sénégal. Alors, un filou ou un routier du jeu politicien devient vite parlementaire ou homme d’Etat qui se délecte de sinécures par la mitre et le hausse col dans de drôles institutions comme le HCCT.

Une Institution sans siège

Une Institution est sérieuse quand elle est la somme du labeur des générations qui se sont succédé. Si elle dispose de prérogatives importantes comme l’Assemblée nationale, le Conseil Economique, Social et Environnemental, la Cour Suprême, elle doit au moins avoir un siège pour s’imposer dans la civilisation institutionnelle de la République. Mais quand elle rôde autour des sièges d’autres Institutions ou envahit des salles de conférence, elle devient une parodie. C’est le cas de ce HCCT. Il n’a pas de siège. Il n’est donc pas une affaire de peuple, mais de personnes et de partis. Cette réalité niée est aujourd’hui confirmée par ceux qui y sont.

Tanor confirme, Maël jubile

De ceux que Macky Sall a nommé, Pape Maël Thiam, Administrateur de l’APR, un parti sans administration, 1er Vice-président du HCCT, est le premier à réagir. Sa réaction est une logique jubilée. Il n’est pas déçu car tout laisse supposer qu’il s’y attendait. Sa défense du HCCT est antérieure même à la nomination du SG du PS. Les critiques contre cette chose l’agaçaient. En septembre 2016, il répliquait avec ardeur que ce n’est pas « une opportunité de places (sic) ». Et il n’a pas hésité à assener que le Président Macky Sall allait mettre en place tous les moyens humains et matériels pour permettre au HCCT d’être efficace, taisant bizarrement les fonds politiques de 500 millions , les 6 milliards de budget et les faramineux salaires des Conseillers politiciens partisans.

Et « toutes les sensibilités politiques de la coalition Benno Bokk Yakaar se retrouvent dans le Bureau », a expliqué Tanor qui confirme, sans s’en rendre compte, la dimension si politicienne de son HCCT dont le bureau a réussi grâce à un processus consensuel, jubile Pape Maël Thiam. Et un consensus suggère bien des batailles internes de positionnements politiques personnels qui confirment que ce HCCT, qui ne dispose d’aucune légitimité tirée du suffrage universel et de la volonté souveraine des citoyens, est une affaire de partis et personnes.

Amplement déprécié, il fait ainsi assister à l’épanouissement hideux des trahisons, au jubilé de la fourberie politique et à l’installation triomphaliste des imposteurs d’un jeu politique perverti par des transhumants qui boivent jusqu’à la lie toutes les perfidies. «  Quand on ne croit à rien, on est prêt à tout faire », est l’alexandrin de vérité que sert Victor Hugo. Cela se vérifie bien dans le jeu politique sénégalais.

Y siéger ou le présider ne glorifie pas trop. Il est une affaire de partis qui n’embarque aucun citoyen. Tout le monde le conçoit comme un espace onéreux de recasement dans un pays qui, silencieusement, sanglote, sanglote et sanglote d’urgences plus importantes.

Le Piroguier

Leave your comment

Please enter your name.
Please enter comment.

1 2 3 4 5

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15