Et si on en parlait… HCCT: OUSMANE TANOR DIENG INTRONISÉ- De la Maison du Parti à la Maison de Macky

L’image de Macky Sall, le Libéral, et d’Ousmane Tanor Dieng, le Socialiste, marchant côte à côte et les discours tenus l’un après l’autre, rendent bien compte d’un bouleversement du cours de l’histoire. Pour la première fois, depuis la perte du pouvoir par les Socialistes en 2000, l’ancien Premier « sectaire » prononce un discours public hors de la Maison du Parti où le vert a rougi. Et le discours fut une véritable galerie d’éloges à Macky, dans une exposition de civilités présentées au cœur du Centre de Diamniadio.

Comme du temps du règne du Parti Socialiste où, auréolé du titre insolite de Ministre des Services et affaires présidentiels, Ousmane Tanor Dieng a mené la même démarche altière et sûre, non d’un homme politique qui arrache une haute fonction à la suite d’un combat épique, mais d’un homme d’Etat qui reçoit le diadème d’une responsabilité institutionnelle pour une loyauté identifiée par beaucoup à une démarche de subordination politique.

Le discours qu’il a servi est bien l’expression d’une intégration de la tanorie dans le régime APR et d’un éloignement de la Maison du Parti pour une présence permanente dans la Maison de Macky.

Certains ont été émus de la mine grave du Secrétaire général du PS prononçant son discours avec une tonalité vocale qui est, hélas, loin de l’éloquence. Mais d’autres sont restés peu intéressés par cette cérémonie identique à une transhumance d’un autre genre pour une Institution dont les Sénégalais ne connaissent pas encore l’utilité.

Un discours personnalisé et malhabile

Ousmane Tanor Dieng a été, malheureusement, malhabile dans son discours. En précisant que le HCCT « n’est pas une sinécure mais un sacerdoce », il dévoile le masque d’un regard posé sur l’immense fortune que génère cette Institution. Et puis, l’école de la République dont il parle, en paraphrasant sans le citer L’Aventure ambigüe pour évoquer le génie de lier le bois au bois, a fermenté combien d’esprits citoyens au Sénégal ? Est-ce une volonté d’émouvoir ou de légitimer son déménagement de la Maison du Parti à la Maison de Macky ?

De 1996 à 2000, OTD, comme on l’appelait, fut diastole et systole de la République. Mais c’est avec cette nomination seulement qu’il découvre« une belle occasion de servir la République ». Comme Samba Diallo qui a appris à lier le bois au bois, Ousmane Tanor Dieng a ainsi une aventure ambigüe aussi bien à la tête du PS qu’à la Présidence de la République du temps de Diouf. Et son aventure sera encore plus ambigüe avec cette Institution qui serait dotée d’un budget de 6,5 milliards et de fonds politiques de 500 millions de francs cfa !

Macky Sall : un faible pour les Socialistes ?

Macky Sall a eu à combattre férocement les Socialistes. Mais il semble avoir un faible pour ceux-là qui ont tenu le pouvoir au Sénégal pendant 40 ans.

Il a donné au Centre de Diamniadio le nom du Socialiste Abdou Diouf et a œuvré à avoir avec lui les anciens caciques du PS à qui il confie de hautes responsabilités institutionnelles. Niasse est Président de l’Assemblée nationale, Djibo Ka est Président de la Commission nationale du Dialogue des Territoires et Ousmane Tanor Dieng est aujourd’hui Président du Haut Conseil des Collectivités Territoriales qui ne diffère pas trop du strapontin de Djibo.

Macky Sall aime donc les Socialistes et n’œuvre pas encore à un renouvellement du personnel politique, mais au retour de ceux du passé. Il en promeut même les préposés à la retraite. Et c’est dommage pour l’APR.

Après les éloges à Niasse, Djibo, Aminata Mbengue, Serigne Mbaye Thiam, ceux à Ousmane Tanor Dieng illustrent bien cette faiblesse pour les Socialistes. Pour Macky, Tanor a un « parcours exceptionnel et des qualités d’homme d’Etat qui lui confèrent tous les atouts ». Et l’histoire trébuche !

Le Piroguier

Voir aussi

La folie de Jammeh se confirme

Le 5 avril 1887, dans une lette historique, John Emmerich Dalberg assène à Bishop Mandel …