ACTUALITE

Et si on en parlait… Insulteurs, que gagnez-vous ?

  • Date: 20 juillet 2016

Finalement, le champ politique sénégalais devient un laid espace que l’infamie et l’injure ensemencent. Le nouveau langage ordurier des acteurs renseigne que l’adversité, dans ce pays, n’est que de la haine, de la rancune, de l’antipathie et de l’aversion. À la place d’hommes et de femmes politiques civilisés, ce sont des insulteurs à gage qui, comme des mercenaires et des condottieri qui ne sont inspirés que par des grossièretés, éprouvent un grand bonheur et une immense fierté à invectiver l’adversaire.

Et on en trouve partout, surtout dans l’APR, dans Rewmi, dans le PDS, dans le PS. Et dans ces partis, pratiquement ceux qui insultent le plus et le mieux et qui ne bronchent pas ont une croix d’honneur par-dessus le marché.

Le jeu politique sénégalais commence à énerver les citoyens. Non seulement les acteurs ne sont intéressés, dans leur inconstance, que par des prébendes, mais ils n’ont aucune civilité, ni grandeur dans leurs propos publics.
Certains propos orduriers, impolis et grossiers, nés du honteux coït de la haine et de la jalousie, abrutissent le jeu démocratique et mettent toute l’éthique politique dans l’abîme.

Or, le jeu démocratique est arrivé à l’âge où devrait fleurir en chaque acteur un esprit policé fait d’idées novatrices et d’avant-garde. Mais le mensonge hideux, l’ignoble fausseté, la déshonorante transhumance et l’ignoble insulte en fait un espace que les citoyens civilisés évitent.

Quand on ne croit en rien, on est prêt à tout faire et à tout dire. Et les acteurs politiques du Sénégal en donnent toujours une illustration. Par leurs insultes qui empestent le champ politique, ils donnent chaque jour un coup de main au recul des valeurs et des principes de la démocratie.
À ceux qui insultent et qui se lèchent comme des hyènes qui viennent de mordre, une question devrait être posée : que gagnent-ils avec les injures ?
Chaque fois qu’ils se singularisent par un langage ordurier, la sottise vient se mêler au concert d’opprobres, le nouveau rythme malotru du jeu politique sénégalais.

C’est donc une tragédie que l’immonde insulte qui sert de réplique politique soit devenue un penchant qui mène à la turpitude pour devenir une habitude. Et ce sont d’anciens Premiers ministres, d’anciens Ministres d’État, des Ministres en office, des députés et des Directeurs généraux qui tiennent ce langage ordurier.

Aujourd’hui, tout ce que Cheikh Anta Diop, Senghor, Dia Mamadou, Majmouth Diop, Alioune Badara Mbengue, Me Babacar Niang, entre autres, ont conquis en démocratie et en éthique politique est en train de s’effondrer des mains de cette nouvelle classe politique sénégalaise, encombrée d’incultes, de calomniateurs d’élite, d’insulteurs à gage et de conspirateurs que rien n’illustre dans leur laideur.

Depuis un certain temps, le sol politique sénégalais se creuse en gouffres empestés où, à cause d’un langage grossier et condescendant, tout est fétide, abject et terrible à lire ou à entendre. Incultes et nuls, parce qu’incapables de formuler des répliques de hautes portées et de faire des propositions d’avant-garde pour faire avancer le Sénégal, ces insulteurs n’ont que la langue aiguisée, pour exprimer leur haine sur fonds d’outrages et d’avanies.

Que gagnent-ils si ce n’est le dégoût qu’ils provoquent dans la conscience publique en jetant leur crédibilité aux quatre vents ? S’il y a une chose dont les Sénégalais en ont marre, ce sont ces piteux politiciens qui n’ont que l’insulte comme arme et pour réplique.

Le Piroguier/rewmi quotidien

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15