ACTUALITE

Et si on en parlait… Le Sénat arrive. C’est le HCCT !

  • Date: 30 juin 2016

Le mimétisme politique a amené Diouf à créer, aux côtés de l’Assemblée nationale, le Sénat pour donner au Sénégal un bicamérisme. Cette Institution n’a rien apporté au Sénégal. Elle a plutôt permis à des Sénégalais de partis politiques à abreuver leurs comptes bancaires parce qu’étant une Institution budgétaire de recasement partisan qui en fit un espace politique inutile et futile.

Il a toujours été une Institution impopulaire. Wade en a profité pour en faire un thème de campagne en 2000, promettant à l’applaudimètre sa suppression immédiate et l’orientation de son immense budget à des urgences nationales qui répondent à la demande sociale. Mais les politiciens sont ce qu’ils sont : avec la pression politicienne, l’appétit des militants demandant tous un siège de recasement, il le remit en scelle.

Son successeur Macky Sall l’enlève et refait de même. Ce Sénat est bien revenu, mais avec un autre nom : Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT) ! Quelle intelligente manœuvre ! Et ce qui est triste est l’impopularité de ce HCCT. Tous les Sénégalais comprennent qu’elle est une Institution politicienne de recasement d’alliés et de partage de strapontins.

Macky Sall ne fait que remettre en orbite l’Institution sénatoriale. Un Sénat n’est rien d’autre que la représentation des Collectivités locales et cette mission politicienne qu’incarne le HCCT, un Sénat … en initiale. Ce HCCT n’apportera rien dans le développement national et les Sénégalais s’en rendront compte. Ce pays a énormément d’Institutions budgétivores, onéreuses, d’une utilité visible nulle part et imbibées de membres absentéistes, somnambules et cumulards.

Ce HCCT aurait intéressé les Sénégalais si ses membres étaient élus au suffrage direct. Il n’a point de représentativité démocratique. L’écrasante majorité des membres est choisie selon les humeurs et les calculs du …président de la République ce qui renforce plus démesurément le présidentialisme extrême du système politique sénégalais.
Ce HCCT est une anomalie de la démocratie. Le Sénégal n’en a pas besoin. Il ne sera qu’une Institution de plus avec un menu notable à sa tête, des circonspects dans son bureau et des politiciens en son sein. Et c’est la preuve que les politiciens de ce pays, une fois au pouvoir, en font toujours trop, démesurément et uniquement pour jouir du pouvoir et de l’avoir qu’il donne.
Or, les urgences sont ailleurs. Ces Sénateurs qui seront appelés Conseillers territoriaux seraient-ils être des représentants de leur territoire ou des représentants de celui qui les a choisis ? L’Assemblée nationale est allée trop vite. Elle n’a pas pris le temps, au-delà des antagonismes et des calculs politiciens, à bien regarder à la loupe cette lourde nouvelle Institution alimentaire et définir de façon capillaire la mission qu’elle devrait remplir.

Elle est simplement une autre maison marron beige. Le régime APR est très politique. Sa stratégie et son ambition sont de procéder à un maillage institutionnel, administratif et politique du Sénégal. Les chefs de partis alliés servent de médians : il suffit de les installer à la tête d’Institutions juteuses pour leur préparer une retraite irréversible, alimenter dans leurs partis des cassures qui aboutissent à des implosions, noyer le PDS dans des retrouvailles à défaut de le briser et donner à Macky Sall et à sa mouvance l’ersatz d’une majorité politique inébranlable.
Et le HCCT fait bien partie de ces instruments institutionnels pour y avenir.

Le Piroguier/rewmi quotidien

1 Comments

  1. Cette institution n a vraimment pas sa raison d etre. Si elle etait soumis seule a referendum elle ne passerait pas . Vu que le senegalais a assez de priorites ailleurs que le Haut conseil des collectivités territoriales.
    Macky doit faire attention s ilveut etre réélu par le majorité des sénégalais.

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15