Accueil / ACTUALITES / Et si on en parlait… Les casques bleus sénégalais entrent en scène à Bangui

Et si on en parlait… Les casques bleus sénégalais entrent en scène à Bangui

Hier, près de deux millions de personnes ont commencé à voter en Centrafrique, à l’occasion du référendum sur le projet de réforme de la Constitution. Le texte soumis au vote vise à instaurer une VIe République. Le projet porte sur la réduction du nombre de mandats présidentiels et la lutte contre la corruption.Mais le scrutin s’est déroulé avec beaucoup de violences qui ont entrainé la mort d’au moins deux personnes. La raison principale ? Des électeurs mécontents qui voulaient remplir leur devoir de citoyen, et qui en étaient empêchés. En effet, dans certains quartiers de Bangui, les bureaux de vote étaient censés ouvrir à 6h, mais à 8h 30, beaucoup en étaient encore au stade des préparatifs. Ce qui a déplu à beaucoup de « Banguissois » qui sont descendus dans la rue pour en découdre avec les forces de l’Onu.Des jeunes armés ont patrouillé, dimanche matin, pour empêcher l’Agence nationale des élections et l’ONU d’installer les urnes. Il a fallu que le Général sénégalais Balla Keita de la Minusca et ses hommes descendent dans la ville, pour rassurer les populations et restaurer un semblant de calme.Pour rappel, le général Balla Keïta est un officier général sénégalais, né le 25 avril 1956 à Malikounda, ayant exercé les fonctions de Chef d’état-major de l’armée de terre, et de commandant de secteur pour l’État du Darfour occidental dans le cadre de la Mission conjointe des Nations-Unies et de l’Union africaine (Ua) au Darfour.

Le Piroguier

À voir aussi

Présidentielle 2019 Tivaouane assure à Macky un 2ème mandat

Macky n’a plus de souci à se faire à la prochaine élection présidentielle, et pour …

Levée de l’immunité parlementaire- la commission ad hoc fait faux bond à Khalifa Sall et à ses avocats

Aymérou Ngingue et ses collègues de la commission ad hoc ne sont pas déplacés, hier, …