téléchargement

Et si on en parlait…Les envolées démagogiques du Ministre Oumar Guèye

Les Conseils des ministres décentralisés sont une belle trouvaille du Président Macky Sall. Mais les Sénégalais assistent plus à des démonstrations de force politiques sur fonds de bagarre autour d’argent à distribuer pour l’accueil qu’à des rencontres techniques autour des questions précises. Certes, le Président Sall tient des promesses partout et prend des engagements risqués devant l’enthousiasme des masses. Mais les regards sont plus posés sur le folklore et la démagogie que sur l’agenda d’émergence.

Et Oumar Guèye, ancien cacique de Rewmi qui œuvrait pour Idrissa Seck s’illustre. Étant à sa base indiscutable, à Sangalkam, son cœur s’est mis en fête et son esprit s’est égaré au rythme des tambours. Alors, envoûté devant un Macky détenteur du pouvoir, il verse dans des envolées démagogiques qui n’ont rien à voir avec un Conseil des ministres décentralisé. Il dit qu’avec Macky « nous sommes en train de vivre mieux au Sénégal ». Il fait rire car il devait, au contraire, dire que lui Oumar Guèye, ancien de Rewmi, devenu ministre de la Pêche et de l’Économie maritime est en train de vivre mieux.
Son envolée est démagogique. Or, Macky Sall n’aime ni la complaisance, ni la débonnaireté. Ces propos de Oumar Guèye ne peuvent donc avoir aucun effet en lui parce dire que le Sénégal vit mieux qu’auparavant n’est qu’une complaisance politicienne.

C’est avec Abdoulaye Wade que les Sénégalais ont commencé à voir leur vie, particulièrement leur environnement changer surtout avec les magnifiques infrastructures routières qui rendent aisée la mobilité. Beaucoup de chantiers actuels sont ses initiatives. Et Macky Sall a eu l’élégance républicaine, en homme d’État, d’en assurer le suivi, au nom de la continuité d’État.

Parallèlement, il innove. Mais, son PSE cible 2035 et le chemin est long. L’impatience des Sénégalais est atavique. Leurs attentes sont immenses. Comme sous ses prédécesseurs, ils sont encore fatigués, aurait dit Kéba Mbaye.
Et pour cause ! La situation sociale est précaire. Les conditions de vie de l’écrasante majorité des citoyens sont infernales. Seuls l’honneur et la dignité leur servent de recours. Certains bidonvilles et certaines zones de la banlieue sont le signe évident de la condition de faiblesse du citoyen sénégalais et de son besoin d’une politique sociale salutaire.

L’inquiétude rythme plus les esprits que la certitude d’un nirvana social. Tous les secteurs sociaux claudiquent. La santé coûte énormément cher, si cher que beaucoup de Sénégalais font recours à des tradipraticiens, à leurs risques et périls. Les denrées alimentaires ne connaissent aucune baisse ayant des effets sur la bourse ménagère.
Certes, Macky Sall est brave et fait des efforts. Nul ne peut nier qu’il a mis le Sénégal en chantier. Mais il n’a pas encore réalisé une hausse du niveau de vie des populations. Le chômage persiste et il n’est point arrivé à un développement social intégral et solidaire.

Il sait bien pourquoi il s’est rendu en banlieue. Une multitude de citoyens besogneux vit dans cette zone. Ceux du monde rural, eux, ne font que survivre.
Il faut donc arrêter la démagogie. Pour que le Sénégal vive mieux, il faut une politique de distribution égalitaire et humaniste des biens pour que chaque citoyen et tout le peuple accède à des conditions nécessaires à une vie nouvelle et meilleure. Mais Oumar Guèye ne le sait pas et la démagogie l’envahit. Le pauvre !

Le Piroguier/rewmi quotidien

Voir aussi

dionne-valls

FINANCEMENT DU PLAN SENEGAL EMERGENT 317 MILLIARDS DE F CFA D’APPORT DE LA FRANCE DEPUIS 2014

Le Premier ministre français Manuel Valls, en visite à Dakar depuis  jeudi,  et son homologue …