ACTUALITE

Et si on en parlait… Nafi- Macky : un combat inégal

  • Date : 2 août 2016

Elle avait décidé de ne pas saisir la Cour Suprême pour excès de pouvoir car, explique-t-elle, dans une lettre à Macky qui circule sur la toile, « son Premier Président qui est sensé recevoir (son) recours est en désaccord avec l’OFNAC car il s’abstient de faire sa déclaration de patrimoine ». Plus grave, dans cette lettre, Nafi Ngom Keita révèle que Macky Sall lui a demandé «  de le laisser tranquille , alors qu’il est assujetti à la déclaration de patrimoine en sa qualité d’ordinateur, dont les opérations annuelles dépassent le montant d’un milliard, fixé par la loi 2014-17 du 02 avril 2014 relative à la déclaration de patrimoine ».

Le Premier Président de la Cour Suprême a donc l’image d’un juge et partie. Mais Mme Keita a fini par faire recours à l’institution. Seulement, ce serait un miracle que la Cour Suprême lui donne raison, car elle dépend du Garde des Sceaux et du Président de la République.
Le combat s’annonce donc inégal. Le recours qu’elle fait a une valeur juridique et une dimension politique. Le pouvoir sert pour argument le droit constitutionnel du Président de la République de nommer qui il veut et de mettre fin à des fonctions quand il veut. C’est une réplique politicienne d’arrière-garde.

Mais ce limogeage de Nafi Ngom Keita porte, auprès des citoyens, porte un préjudice à Macky Sall. Dans les bus, dans les marchés, dans les faubourgs, dans les Grand-Place, dans les universités, on ne parle que de Ousmane Sonko et de Nafi Ngom Keita, en les défendant et en s’en prenant à Macky Sall.

Malheureusement, le Président de la République n’a pas, comme François Mitterrand, un visiteur de minuit qui lui dit à quel rythme politique bat le cœur des citoyens. Ceux-là ne gèrent pas la dimension juridique de l’OFNAC mais ce qu’ils considèrent comme une injustice et une couverture de gens du régime qui sont épinglés.

Nafi Ngom Keita a fait preuve de grandeur et de probité morale en refusant les juteux postes que lui aurait proposés Macky Sall parce qu’elle n’est pas une femme de subordination. Et pour qui connait Macky Sall animé d’un sens aigu de l’autorité, il ne peut avoir entre eux qu’une incompatibilité d’humeur, de vision et d’orientation.
Elle l’attaque devant la Cour Suprême. Mais la messe est déjà dite. Il est rarissime de voir cette institution judiciaire émettre un avis défavorable au pouvoir sur une question sensible ayant une dimension politique. La justice n’est pas partisane. Mais elle est politique.
Nafi Ngom Keita en est consciente. Mais elle fait ce que la loi l’autorise avec la certitude que c’est simplement pour la forme. Le Président de la République ne peut pas lui dire de laisser tranquille le Procureur de la République qui a refusé de se soumettre à la déclaration de patrimoine, et voir ce Président émettre un avis défavorable à lui. C’est inimaginable.

Nafi Ngom Keita est tenace et inflexible. Son rapport épingle des proches du Président et des gens de l’APR. Son contenu est alarmant et elle a eu le courage de le rendre public, n’ayant pas eu l’honneur d’être reçue au Palais.
Macky Sall aurait dû patienter jusqu’en mars 2017 pour ne pas renouveler son mandat. Ce serait plus stratégique. Mais l’emportement et l’empressement ont provoqué une situation que tout le monde déplore.

Le Piroguier/rewmi quotidien

People
Les Plus Populaires
Les plus commentés
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15