ACTUALITE

Et si on en parlait… Oumar Youm enfonce Macky

  • Date : 7 juin 2016

Les questions de l’heure sont complexes pour la classe politique et particulièrement pour l’APR et ses alliés. Ainsi, en voulant défendre son camp par militantisme et par loyauté, Me Oumar Youm, Ministre- Directeur de Cabinet du président de la République a versé dans une spirale de contractions et de lacunes qui enfoncent plus Macky Sall et son régime qu’elles ne les défendent.
Il parle de leur obligation de « gérer ce pays dans le respect de leur engagement ».Pourtant, un quinquennat fut un engagement. Mais il n’a point été respecté. Plus grave, sur le plan de la gouvernance, à le lire, Macky Sall n’œuvre pas à créer une économie avec un taux de croissance qui s’accompagne immédiatement de l’élévation de niveau de vie des citoyens. «  Le chef de l’État essaye de redresser le Sénégal », dit-il. C’est décourageant donc ! Depuis quatre ans Macky Sall ne fait qu’essayer !
Me Oumar Youm dit qu’ils ne sont pas de « ceux qui, depuis longtemps, inscrivent leur action autour du complot, de la traitrise et du gaspillage des biens ». Mais le regard du rétroviseur dévoile une contradiction : quel sort a été réservé au rapport de l’IGE sur le scandale financier révélé à l’ADS, que dirige son camarade de parti, Pape Maël Diop et au quotidien national Le Soleil, entre autres ? L’IGE n’a-t-il pas révélé un gaspillage des biens publics ? Et le non versement de l’impôt par l’Assemblée nationale ?
Paradoxalement, le Maire de Thiadiaye déclare que Macky Sall est contre l’impunité et a inscrit sa politique autour de la bonne Gouvernance et du respect du bien public. Un tel propos peut-il convaincre devant les cas Awa Ndiaye et Ousmane Ngom ? Devant le rapport de l’IGE et surtout celui, récent, de l’OFNAC ? Au contraire, l’avocat Youm plaide subtilement les causes de ceux qui sont épinglés par l’OFNAC pour le principe juridique de la présomption d’innocence que beaucoup de responsables politiques, du PDS, par exemple, n’ont eu à bénéficier.
Sur une probable grâce pour Karim Wade dont parle le président de la République, Me Oumar Youm verse dans un aveu qui en dit long sur la nature beaucoup plus politique que judiciaire de la CREI. La grâce est un pouvoir politique du président de la République qu’il peut accorder à Karim Wade qui, dit-il, « est un Sénégalais, il peut bénéficier d’une grâce ». Est-ce à dire que ceux qui ne sont pas Sénégalais et qui croupissent dans les prisons ne peuvent pas en bénéficier ? C’est une question.
Sur la crise du système éducatif, il dit une énormité pour un homme d’État et cette énormité dessert, hélas Macky Sall : « Quand il y a des grèves qui ne se justifient pas, c’est normal que l’État puisse prendre ses responsabilité et procéder à des retenus sur les salaires », s’égare Me Oumar Youm. Où trouve-t-on dans un pays démocratique une grève qui ne se justifie pas ?
Ce plaidoyer enfonce le régime. Le droit de grève est un acquis historique codifié dans la Loi fondamentale. La pertinence aurait amené Me Youm à présenter au peuple la plateforme des enseignants et montrer en quoi leur grève ne se justifie pas, encore que l’État a tenu des réunions multiples avec eux et pris des engagements non respectés. Youm aurait dû regretter l’extrémisme plutôt que se perdre dans une apologie qui fait rire certains et enrager d’autre !

Le Piroguier/rewmi quotidien

Comments are closed.

Les Plus Populaires
Les plus commenté
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15