me ousmane ngom

Et si on en parlait… Ousmane Ngom devient  aussi un gymkhana d’un Cassandre tropical

Face à la levée de boucliers et devant le rejet de la classe politique et particulièrement des gens de l’APR de sa transhumance, Ousmane Ngom, en prestidigitateur de la phraséologie, fait son apologie par une autoglorification qui attise la rire et la rage. Pardi ! Comme il le clame !

Il rappelle Abdou Diouf, le très généreux en compliments qui le classait comme meilleur ministre de la Santé de son régime et évoque son œuvre folklorique d’habillement de policiers, entre autres. Pour légitimer son accusation de connivence entre une certaines classes politiques et de présumés djihardistes, il rappelle qu’il fut deux fois ministre de l’Intérieur pour se définir comme un homme informé. C’est très grave !

Son masque tombe davantage. Ayant été deux fois ministre de l’Intérieur, il se confond dans son apologie et laisse vite imaginer qu’il a bien mis à profit sa fonction ministérielle pour se construire un véritable réseau dont il se sert même en dehors du Ministère. C’est extrêmement grave aussi bien pour l’État que pour tout président de la République qui le donne.

Pour la première fois dans l’histoire du Sénégal, un ancien ministre de l’Intérieur continue à être destinateur et détenteur de renseignements même étant dans l’opposition. C’est grave et Macky Sall devrait avoir une présence d’esprit pour mesurer  cette gravité.

L’impertinence de la réplique de Monsieur Ngom est  surtout de verser encore dans une fulmination puérile identique à une chamaillerie de marché hebdomadaire : ceux qui se révoltent contre son impunité et sa transhumance ne sont que des gymkhanas de Cassandre tropicaux  alors qu’il est lui-même un gymkhana de Cassandre tropical qui informe d’une menace terroriste juste pour porter au loin son écho vocal. Plus hilarant est qu’Ousmane Ngom dit être toujours du PDS tout en le combattant avec férocité en s’alliant à son adversaire.

Cet adversaire a un parti, l’APR qu’il caricature : c’est « un parti composite », donc un parti à la sauce gombo où les appartenances idéologiques sont contradictoires, les langages équivoques et les modes d’action hétérogènes et diffus. Les militants de l’APR et les responsables nationaux apprécieront.

Ousmane Ngom n’a que faire du taux d’abstention au référendum. Pour  l’élever à un niveau jamais égalé, il convoque l’histoire évoquant le taux de participation aux referenda  successifs en faisant fi de l’évolution vertigineuse de la population qu’il limite à celle des années 60. On ne s’en rage point. On éclate de rire. La tartufferie amuse depuis le 17ème siècle.

Ousmane Ngom dit ne pas adhérer à l’APR  parce que Macky Sall ne le lui a pas demandé. Pardi encore comme il le tonne !  Il ne milite donc pas pour des idéaux  mais à partir seulement d’un généreux appel de celui qui a le pouvoir et l’avoir.

Finalement, cet homme a une obsession atavique du pouvoir. Il en a pris goût avec Abdou Diouf, avec Wade et en veut contre vents et marées avec Macky. Il est prêt à tout dire pour y arriver et à tout faire s’il y arrive.

Un Ousmane Ngom de l’Intérieur détruirait l’APR et mettrait ces gymkhanas de Cassandres tropicaux qui veulent lui barrer légitimement et pertinemment la route à un rythme de vie infernal. Victor Hugo, en 1852, enseigne que «  quand on ne croit en rien, on est prêt à tout faire ».

Le Piroguier

Voir aussi

telechargement

Et si on en parlait… AFFAIRES KARIM, PETRO-TIM, OFNAC, REBEUSS Le Macky : un bloc bloqué

Macky est dans un étroit imbroglio. Il est à la pénible épreuve du pouvoir. Il …