téléchargement

Et si on en parlait…Petite faute d’orthographe, grande révélation politique

Un peuple. Un but. Une foie ! Léopold Sédar Senghor a subi un affront et son âme extatique endure, outre tombe, une oppression. Certainement, le ministère de l’Intérieur n’a pas de foi en la devise de la République, mais un foie conspirateur et peu consciencieux pour se permettre de commettre une faute d’orthographe aussi révélatrice d’un bâclage et d’une volonté sournoise et subtile de saboter le vote pour faire passer, contre vents et marées, diraient Alioune Fall du Macky, le Oui !

Un peuple. Un but. Une foie ! Pour la première fois dans l’histoire des Institutions du Sénégal, le ministère de l’Intérieur commet une faute attentatoire à la République. Des élèves du Primaire rient sous cap ; les normaliens se lacèrent. Et aucun membre du pouvoir ni aucune autorité d’État ne semble s’en émouvoir.

Le parcours suivi par cette énorme violation de la devise nationale est professionnellement ondulant : des réunions techniques à l’affichage en passant par la confection, tout un chemin a été suivi pour parvenir à un bon à livrer.

Mais tout donne maintenant raison à ceux qui suggèrent le report du référendum et tout renseigne que le régime s’empresse à l’organisation de ce référendum pour s’octroyer une légitimité politique et donner à Macky Sall un diadème qu’il cherche.
Cette faute n’est pas une question d’orthographe, ni de niveau scolaire. C’est la révélation d’une conspiration politique qui confirme les soupçons de certains partis politiques et de la Société civile sur la neutralité république du ministre de l’Intérieur, responsable politique du parti au pouvoir, juge et partie.

Il ne peut être neutre. C’est impossible qu’il soit impartial. Déjà, il réplique à l’opposition avec une argumentation polémiste, partisane et politicienne dans une controverse pro domo sur des sujets purement politiciens.

L’État semble trop étreint par ce référendum dont les impaires commencent déjà à se faire sentir avec des Sénégalais de l’Extérieur déjà exclu du vote et l’empressement en est la seule explication.

Si le ministère de l’Intérieur en arrive à produire des panneaux couteux en y commettant une faute aussi impardonnable c’est en raison de la précipitation à vouloir organiser un référendum très controversé qui, déjà, divise monstrueusement la classe politique.

Exhiber fièrement et bravement au peuple sénégalais la devise de la République en commettant une honteuse faute d’orthographe n’est pas un acte tolérable. Certes errare humanum est ! L’erreur est humaine. Mais certaines erreurs relèvent d’un manque de sérieux et d’une étourderie identifiable à une stupidité.

Au ministère de l’Intérieur, il y a ceux dont les noms sont directement rattachés à l’histoire et ceux dont l’identité se confond avec la pire des comédies. Et ceux-là sont souvent des politiciens de circonstance que rien n’illumine ou des partenaires favorisés par un apocryphe militantisme.

Si ce travail de communication avait été confié à des spécialistes chevronnés et imbus de patriotisme, la devise nationale du Sénégal, « Un Peuple. Un But. Une Foi », ne serait jamais agressée.
Le paradoxe hilarant est d’avoir un régime qui s’enorgueillit d’un esprit républicain et dont le ministère de l’Intérieur, cœur battant de la République et pivot de l’État semble se ficher de la devise nationale. Quelle étrange invraisemblance !

Le Piroguier

Voir aussi

79981805_gambia_jammeh_g

Yahya Jammeh aux gambiens :  » Vous, Gambiens, avez décidé que je devais partir… »

Rfi.fr- Yahya Jammeh a reconnu sa défaite à l’élection présidentielle ce vendredi soir dans une …