fada

Et si on en parlait… Quelle alternative pour Fada ?

 

Plus le temps passe, plus claires seront  les choses. Et cette fois,  il ne s’agira, ni de cartes biseautées, ni de dés pipés. Pour avoir rué dans les brancards au moment où il ne le fallait pas, pour avoir osé afficher une ambition légitime (précoce ?) alors  qu’aux yeux de son patron, seul Karim a ce droit, Modou Diagne Fada se heurte aujourd’hui à la volonté de Wade  de le débarquer de la tête du groupe parlementaire des « Libéraux et démocrates ». Coûte que coûte. On ne défie pas impunément le roi.

Certes, au  regard des  arguments avancés pour cette petite défénestration, lui et son groupe, sommairement appelés réformateurs, pourront toujours réer sous les bois et crier à l’arbitraire. Tant  qu’ils  voudront. Mais outre que personne d’entre eux ne sera capable d’arrêter de ses bras  la trame que tissent la seule constante du Pds et ses proches, c’est leur avenir qui risque d’être en jeu, quand bien même existait jusqu’ici, un  gentleman agreement qui avait prévalu sur tout.

Il faut que cela soit clair. Modou Diagne Fada ne pourra jamais  rouler seul. Il n’en a pas les moyens. Il lui faudra toujours le Pds et son appareil, et la seule alternative qui s’impose  à lui désormais, est de rentrer dans les rangs et mettre son orgueil au pas.

A défaut,  il devra se faire harakiri  et (pourquoi pas ?) aller rejoindre Macky, dont il n’est pas aussi éloigné que ça, malgré les  écrans de fumée.

Tout a un prix, surtout la liberté.

Le Piroguier

 

Voir aussi

79981805_gambia_jammeh_g

Yahya Jammeh aux gambiens :  » Vous, Gambiens, avez décidé que je devais partir… »

Rfi.fr- Yahya Jammeh a reconnu sa défaite à l’élection présidentielle ce vendredi soir dans une …