Accueil / ACTUALITES / Et si on en parlait… Qui paye ses dettes, s’enrichit

Et si on en parlait… Qui paye ses dettes, s’enrichit

Contrairement à l’opinion publique qui croit que les mosquées, les hôpitaux et les autres structures de santé sont branchés sur la prise directe du gouvernement, ce sont bel et bien des établissements qui ont des budgets de consommation électrique propres. Avec l’aide de l’État et des subventions de toute nature.S’ils décident donc de ne pas faire comme le client ordinaire qui paye sa facture tous les deux mois à la Senelec, c’est simplement parce que cela relève du laxisme ou que l’argent destiné à honorer la dette d’électricité est utilisé à d’autres fins.

Et c’est à cette désinvolture qu’à juste raison, Mamadou Makhtar Cissé, le Dg de la Senelec, veut mettre un terme. Il ne s agit pas de couper l’électricité dans les hôpitaux. Il a simplement dit que si sa boite ne réclame pas l’argent qu’on lui doit, il faudra bien se demander comment elle va faire pour fonctionner.

Élémentaire, chers fraudeurs !

Le Piroguier

À voir aussi

Droits de l’Homme : L’Onu épingle le Sénégal

Le Comité contre la torture des Nations-Unies (Un groupe de 10 experts indépendants qui surveillent …

Valse dans la magistrature

Remue-ménage au sein du Conseil supérieur de la magistrature. Cheikh Ndiaye Seck, qui était délégué …