Accueil / ACTUALITES / Et si on en parlait… Qui paye ses dettes, s’enrichit

Et si on en parlait… Qui paye ses dettes, s’enrichit

Contrairement à l’opinion publique qui croit que les mosquées, les hôpitaux et les autres structures de santé sont branchés sur la prise directe du gouvernement, ce sont bel et bien des établissements qui ont des budgets de consommation électrique propres. Avec l’aide de l’État et des subventions de toute nature.S’ils décident donc de ne pas faire comme le client ordinaire qui paye sa facture tous les deux mois à la Senelec, c’est simplement parce que cela relève du laxisme ou que l’argent destiné à honorer la dette d’électricité est utilisé à d’autres fins.

Et c’est à cette désinvolture qu’à juste raison, Mamadou Makhtar Cissé, le Dg de la Senelec, veut mettre un terme. Il ne s agit pas de couper l’électricité dans les hôpitaux. Il a simplement dit que si sa boite ne réclame pas l’argent qu’on lui doit, il faudra bien se demander comment elle va faire pour fonctionner.

Élémentaire, chers fraudeurs !

Le Piroguier

À voir aussi

Interdiction de la coupe de bois en Casamance Le prix du sang

Le Gouvernement a décidé, en Conseil des ministres avant-hier, entre autres mesures, d’interdire la coupe …

Anniversaire du Pdt du Meds, prix Nelson Mandela du Meilleur entrepreneur, Homme de l’année 2017 Mbagnick Diop, ‘’un trésor public’’ à l’honneur !

Le Président du Meds a célébré, hier, et son Prix Nelson Mandela du Meilleur Entrepreneur, …