AIBD

Et si on en parlait… Qui va sauver l’Aéroport International Blaise Diagne ?

 Le 30 Mai 2014, sous la supervision du  Directeur et de son attaché de presse, nous avons visité le nouvel aéroport en chantier, toute la journée durant.

En rentrant,  seules de petites difficultés  étaient notées dans nos petits carnets, qui concernaient quelques petits hameaux   récalcitrants  à l’idée de migrer vers d’autres pâturages.  Sinon, tout le reste était ok, nous assurait-on.  Les travaux étaient sensés se terminer le trimestre suivant, puisqu’ils auraient  été entrepris à hauteur de 75%, voire plus.

Pourtant un an après, c’est  toujours  le statu quo. Les chantiers n’ont pas beaucoup progressé, puisque l’entreprise B en Laden  chargée des travaux, rencontre des difficultés financières. De telles difficultés qu’elles auraient obligé  des  partenaires à retirer leurs billes de cette affaire qui ne leur semble plus offrir toutes les garanties nécessaires.

Qu’est ce qui se passe donc réellement  à l’aéroport Blaise Diagne, même  si on sait que c’est l’ancien régime qui a procédé à son montage financier, et que les autorités actuelles n’ont fait que suivre ?  ? Le gouvernement n’a  t’il pas  mis la charrue  avant les bœufs, en s’intéressant  à des  tramways et à des RER pour la desserte, au lieu se  pencher sur la finalisation des travaux ?

Si des rumeurs récentes  persistent en tout cas sur le retrait de la  société allemande Fraport de  l’exploitation du nouvel aéroport ((51% des actions de la nouvelle société Fraport Sénégal), c’est que l’avenir de l’ouvrage doit être lourdement chargé,  et qu’un audit s’impose.

Là se trouve l’urgent. Les bretelles  routières et les trains, c’est bien.  C’est même très bien. Mais à quoi vont-ils servir, si le projet se présente  mort né ?

LE PIROGUIER

Voir aussi

telechargement-6

INSECURITE ET SERIE DE MEURTRES Oumar fait … Maal aux Sénégalais

Le sang jaillit, coule et coule encore. Les esprits et les regards des citoyens sont …