Accueil / ACTUALITES / Et si on en parlait … Respecter les dernières volontés de Doudou Ndiaye Rose !

Et si on en parlait … Respecter les dernières volontés de Doudou Ndiaye Rose !

Le maître nous a quittés, et un  jour ce sera notre tour. Le maître nous a quittés après avoir été salué dans les cinq continents, sauf au Sénégal, son propre pays qui n’a jamais éprouvé d’honorer son talent de façon manifeste, durant les 40 ans de sa vie qu’il a passés à nous faire connaître du monde entier.

Est-ce la raison pour laquelle, Doudou NDiaye Rose avertissait  tout récemment qu’il ne voulait aucun hommage à sa mort, déçu de voir que  son pays  natal ne lui avait jamais rendu la monnaie de sa pièce ?

Dans tous les cas, la tradition nous impose de respecter les dernières volontés d’un disparu. Enterrons donc le Maître, et prions tout uniment pour le repos de son âme.  Mais si l’Etat (ou un mécène) tient particulièrement à se manifester dans cette douloureuse circonstance, il peut toujours contribuer à la construction de l’école de « sabar » dont rêvait le défunt, ou venir en aide à la nombreuse famille qu’il a laissée. C’est beaucoup plus bénéfique que les larmes de crocodile.

Mais de grâce ! Pitié pour les témoignages appuyés qui ne servent à rien, ou les shows de Sorano et du grand Théâtre, qui sont seulement utiles aux organisateurs.

LE PIROGUIER

 

À voir aussi

Droits de l’Homme : L’Onu épingle le Sénégal

Le Comité contre la torture des Nations-Unies (Un groupe de 10 experts indépendants qui surveillent …

Valse dans la magistrature

Remue-ménage au sein du Conseil supérieur de la magistrature. Cheikh Ndiaye Seck, qui était délégué …