Accueil / ACTUALITES / Et si on en parlait… Riz local : la charrue avant les bœufs ?

Et si on en parlait… Riz local : la charrue avant les bœufs ?

L’Unacois Jappo fait un excellent travail. Elle vient d’ailleurs d’organiser son Assemblée générale, autour du rôle qui lui est dévolu face aux défis de l’émergence. Mais quand l’hôte du jour, le Premier ministre Dionne, invite la structure à continuer sur cette dynamique pour atteindre l’auto suffisance en riz en 2017, objectif qui se situe dans l’Acte 1 du Plan Sénégal Émergent (Pse) qui vise la transformation structurelle économique, ce n’était pas pour s’entendre dire que la question de mévente ou des contraintes de commercialisation de riz local est devenue un vieux souvenir.Certes, l’Unacois a fait de son mieux pour mettre un terme au stockage du riz local dans la vallée, mais de là à dire que le produit sera entièrement commercialisé par ses distributeurs, il y a un pas qu’il est imprudent de franchir, malgré le protocole d’accord avec le ministère chargé de la Micro-finance.Comme l’oignon local, le riz produit chez nous n’est pas exempt de reproches, et toutes les ménagères peuvent en témoigner, en précisant même ce qui les différencie de l’importé sur plan de la qualité non nutritionnelle.Penser donc qu’il a conquis le cœur de tous les Sénégalais au point de suppléer le riz asiatique, c’est faire preuve d’un optimisme exagéré. Il reste encore à le débarrasser de ses tares connues par tous les techniciens, ensuite à le promouvoir auprès de certains nationaux qui lui préfèrent de loin le siam ou le riz thaïlandais.
Le combat ne fait que commencer, malgré les succès obtenus.
Le Piroguier

Share This:

À voir aussi

LA KORITE SERA CELEBREE LUNDI AU SENEGAL

REWMI.COM-Le croissant lunaire n’a été apperçu nulle part sur l’ensemble du territoire national. Par conséquent …