téléchargement

Et si on en parlait… Victoire du Oui à Fatick : les aberrations de Matar Bâ

La victoire du Oui a des effets sur la promotion politique des « gagnants » qui se chamaillent déjà, chacun s’en attribuant le mérite dans « sa » localité.
Le plus ostentatoire est le cumulard, Matar Bâ. Usant de termes dont il ne semble guère avoir la maitrise des sens, il use de mots tristement inappropriés pour faire son jubilé de la victoire du Oui en galopant dans une caravane d’aberrations devant lesquelles reculerait un apprenant.
Parlant des résultats de Fatick, cité du Président Macky Sall où le taux de participation au référendum est de moins de 42 pour cent, il résume le Sénégal à sa Commune et parle d’une victoire dès le 1er tour si c’était une présidentielle. Heureusement que, ailleurs, son camarade Seydou Guèye a déclaré qu’un référendum n’a rien à voir avec une élection présidentielle.
De plus, Matar Bâ identifie avec pédanterie l’adhésion de Niasse et de Tanor au Oui à une «  position républicaine », et non à une « position politique », comme si ceux qui ont voté Non ne sont pas des républicains.
Que d’aberrations surtout quand il dénie à Cheikh Kanté un mérite dans cette victoire à Fatick, une victoire écrasante dont il s’octroie la rétribution pour y avoir battu campagne pendant…une semaine, dit-il fièrement ! Une semaine ! Quelle incongruité ! C’est certainement un lapsus comme ça arrive aux zélés que le pouvoir enivre et ensemence.
Mais, qu’il se chamaille avec Cheikh Kanté, c’est leur affaire car étant tous les deux des adversaires dans le même parti, diraient les autres.
Seulement, un fait est quand même irréfutable : Cheikh Kanté , le Directeur général du Port, trop APR, s’est engagé hâtivement et précipitamment pour le Oui à Fatick bien avant même l’ouverture de la campagne allant jusqu’à révolter les responsables de l’Opposition de la région comme de la Commune, parrainant par-ci, finançant par-là, communiquant ailleurs, occupant considérablement le terrain politique local, anticipant même démesurément pourrait-on dire la campagne.
Mais Matar Bâ considère que c’est une aberration de dire qu’il a le mérité de la victoire du Oui à Fatick. Il se définit même comme le 1er responsable de l’APR dans cette cité. Mais heureusement que l’agitation et l’activisme, le verbiage et l’arrogance, la pédanterie et la fanfaronnade ne font pas la force d’un homme politique, dût-il être Ministre ou élu local.
Et puis, être Maire d’une localité, dans un champ politique concurrentiel, ne donne à aucun élu l’ersatz d’une autorité politique au-dessus des autres responsables politiques. Seulement, Macky Sall est si « généreux » que des routiers, des ruffians, des condottieri sont adoubés et ils se donnent toutes les suffisances et les arrogances dans une spirale d’aberrations qui agacent.
Matar Bâ n’est pas seul dans les chamailleries. Ailleurs, dans les localités où le Oui a gagné, des gens de l’APR, comme des loups qui se lèchent après qu’ils viennent de mordre, se jettent des invectives, se donnent des coups et se diabolisent pour s’en octroyer le mérite, oubliant que leur tiraillement fait tomber leurs masques d’ acheteurs de conscience et des conspirateurs qui n’ont pas lésiné sur les billets pour le triomphe d’un Oui obscur.
Heureusement, les citoyens et les observateurs savent qui a fait quoi et qui est qui.

Le Piroguier

Voir aussi

79981805_gambia_jammeh_g

Yahya Jammeh aux gambiens :  » Vous, Gambiens, avez décidé que je devais partir… »

Rfi.fr- Yahya Jammeh a reconnu sa défaite à l’élection présidentielle ce vendredi soir dans une …