Et si on en parlait…Referendum: Saura t-on enfin ce soir ?

Le 8 décembre dernier, la sortie d’Abdoulaye Daouda Diallo, ministre de l’Intérieur, semblait cacher un malaise, des non-dits, quand il a annoncé qu’aucune date n’avait été arrêtée pour le référendum, même s’il avait été décidé de consacrer 3,2 milliards F Cfa, dans le budget de 2016, à l’organisation des élections de cette année.
4 jours plus tard, profitant de la cérémonie d’ouverture de la quatrième Édition de l’université républicaine à Saly, Macky Sall précisait que c’était lui qui avait pris la décision de faire une réforme de la constitution et qu’on devait attendre de voir sa réaction.
Poussant le bouchon un peu plus loin, il s’était même un peu emporté quand il a ajouté  à la face de l’opposition : « Pourquoi autant de précipitation ? Je dis à mes alliés qu’ils ne peuvent pas me mettre la pression. J’ai fait une promesse, mais au lieu d’attendre de voir si je vais la respecter ou pas, chaque fois, ils nous saoulent avec leur débat dans les radios. J’attends le moment. Personne ne peut me forcer à faire un référendum. J’ai pris des engagements librement et je pense que le Peuple aura le dernier mot. Ce n’est pas un problème politique. Je leur demande d’économiser leur énergie ».
Presque concomitamment pourtant, voilà que Ismaël Madior Fall, le conseiller juridique du président de la République, qui sort de sa réserve, et essaye de clore le débat relatif à la réduction de la durée du mandat présidentiel , en informant que le projet de loi qui sera soumis au référendum contient une proposition de réduction rétroactive, et que c’est vers la fin du premier trimestre 2016, autour du mois de mai.
Alors que signifie cette grande valse hésitation ? Probable qu’on sache ce soir, puisque c’est le dernier jour de l’année.

Le Piroguier

Voir aussi

Dernière minute : Yaya Jammeh se rendra en Guinée Conakry

Les choses ont évolué en Gambie. Les dernières informations révèlent que le président sortant Yaya …