Accueil / ACTUALITES / Et si on en parlait… Départ du Général Gaye : Ce n’est qu’un au revoir !

Et si on en parlait… Départ du Général Gaye : Ce n’est qu’un au revoir !

Hier, en début d’après midi, la nouvelle est tombée comme un couperet. Le  Général Babacar Gaye, chef de la mission de l’ONU en Centrafrique a remis sa démission, sur demande du Secrétaire général des Nations unies, après des accusations de viols contre des Casques bleus.

Pas par ce qu’il a quelque chose à se reprocher dans ces agissements sordides, Mais parce que l’Onu,  son employeur, se trouve coincé. Incapable d’expliquer le comportement de ses troupes, et sachant  qu’on ne lui  tolérera désormais des actions susceptibles de générer  la peur, en lieu et place de la confiance, il  fallait donc faire sauter le  fusible pour désamorcer la bombe. Et ensuite,  essayer de restaurer  un semblant de dignité,  en donnant une bonne couche de peinture aux  idéaux qui doivent primer sur tout.

Dès lors, Babacar Gaye ne pouvait plus rester.  Son départ était nécessaire pour un Ban Ki Moon  désireux de donner des gages. Mais cela n’a rien à voir avec la riche expérience militaire et diplomatique du Général Gaye, qui a accumulé des années d’expérience en matière de maintien de la paix. Rappelons-nous qu’avant Bangui, il a été sur le terrain, au Liban, en Iraq, en Syrie, mais aussi en République démocratique du Congo (RDC) où il a officié entre 2005 et 2010 dans le cadre des différentes missions des Nations unies.

Le Sénégal peut toujours être fier de son fils, dont la carrière ne saurait se terminer par des esclandres auxquels il est étranger. A suivre.

Le Piroguier

 

 

Share This:

À voir aussi

SCANDALE A LA POSTE : Un dossier sous les coudes

L’Etat de Droit claudique. S’interroger sur la partialité de la Justice et de celui qui …