Accueil / ACTUALITES / Et si on parlait.. Mort du talibé à Thiès : Que pouvait bien faire Mariama Sarr ?

Et si on parlait.. Mort du talibé à Thiès : Que pouvait bien faire Mariama Sarr ?

A la mort du jeune talibé à Thiès, et sans attendre les résultats de l’autopsie, comme toujours il s’est trouvé des sénégalais assez imprudents pour se lancer dans des spéculations sur les causes. Tandis que d’autres, éternels médecins après la mort, suggèrent plutôt d’agir le plus vite possible, en vue de mettre en œuvre une politique de prise en charge de ces enfants abandonnes a eux-mêmes, et livrés aux mains des gens peu scrupuleux.
Tout cela est bien vrai. Mais quand, dans cette douloureuse affaire, on veut faire porter le chapeau à Mariama Sarr, la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, sous prétexte qu’il est impératif de poser des actes pour bien encadrer ces enfants exploites par les marabouts, cela cale quelque part et heurte des consciences. Pas les bœufs, avant la charrue.

Le jeune talibé tué n’est, ni sorti de nulle part, ni pupille de l’Etat. Il appartient au cercle des enfants abandonnes par leurs propres parents géniteurs irresponsables, et évoluent dans une société où l’individualisme a fini par prendre le dessus sur les valeurs sociales qui régissaient notre cadre de vie.

Si donc, comme tous les sénégalais, Mariama Sarr se désole de cette perte en vie humaine et assure que son département travaille à la protection des droits de l’enfant et à leur promotion, il faudrait qu’en amont les parents soient plus responsables et les « daras », assainis.

À voir aussi

Lutte contre le changement climatique- l’Afrique lance sa plateforme à Bonn

La Journée de l’Afrique a été célébrée ce 15 novembre au cœur de la COP23 …

Conférence annuelle des chefs de parquet la question de la détention au cœur de la nouvelle politique pénale

Après quelques années d’inertie, la conférence annuelle des chefs de parquet a eu lieu, hier. …