1 novembre, 2014
Accueil » ECONOMIE » ETAT DE LA SECURITE ELECTRIQUE 7% des installations électriques respectent les normes au Sénégal
ETAT DE LA SECURITE ELECTRIQUE  7% des installations électriques respectent les normes au Sénégal

ETAT DE LA SECURITE ELECTRIQUE 7% des installations électriques respectent les normes au Sénégal

L’enquête sur l’Etat de la Sécurité électrique au Sénégal a été restituée, hier, lors d’un atelier et des chiffres ahurissants en sont ressortis. En effet, dans toute l’étendue du territoire, selon le Directeur de Proquelec (Association pour la Promotion de la Qualité des Installations Electriques Intérieures) Adiouma Dione qui avait initié cette enquête, seulement 7% seulement des installations électriques sont conformes. Une urgence, pour les pouvoirs publics, de signer le projet de décret qui rend obligatoire le contrôle de conformité, avant la mise sous tension par Senelec.

Cette enquête sur l’Etat de la Sécurité électrique au Sénégal révèle de biens tristes réalités. Elle a été menée auprès des logements, des marchés et aussi des établissements recevant du public. Pour les logements, 7% des installations électriques intérieures étaient conformes. 16% ne l’étaient pas du tout et 77% avaient des installations dangereuses, selon M. Dione. « Nous avons également poursuivi cette enquête sur les établissements recevant du public où 21% n’étaient pas conformes », a-t-il ajouté. Il a été observé, lors de cette enquête, « le manque de prises de courant avec contact à terre, des installations ne disposant pas de conducteurs de protection ».

L’autre constat grave est l’abondance sur le marché des produits d’installation contrefaits, selon le Directeur de Proquelec, étant souvent à l’origine des incendies dans les marchés. « Ce sont des conséquences considérables et en termes de chiffre, cela porte à plusieurs milliards. Dans le plan Jaxaay, par exemple, aucun logement n’était conforme. On a demandé aux autorités de refaire la remise en conformité qui coûte juste 80.000 francs, par logement. Jusqu’à présent, nous n’avons pas de nouvelles que cela a été rectifié », dira-t-il.

Selon Adiouma Dione, la seule solution viable reste un projet de décret rendant obligatoire le contrôle de conformité, avant la mise sous tension par Senelec. « Au niveau du public, les associations de consommateurs étaient concernés, parmi lesquelles, certaines pensaient que c’était un renchérissement du coût d’accès à l’électricité mais, toutes les autres ont salué cette initiative et étaient même prêtes à nous accompagner pour la signature de ce décret », a-t-il informé.

Mamadou DIOUF

REWMI QUOTIDIEN