5695389_marteau_545x460_autocrop

Etats-Unis : le juge se vante d’avoir la main lourde, le détenu obtient un nouveau procès

«Je donne toujours aux accusés reconnus coupables (de meurtre avec circonstances aggravantes) une peine minimum de 60 ans de prison, et vous pouvez vérifier mon bilan». Cette fanfaronnade prononcée par le juge américain Robert Billmeier a permis à Patrick Mc Farlane, 27 ans, d’obtenir un nouveau procès.

La Cour suprême de l’Etat du New Jersey a estimé qu’une telle déclaration du magistrat était de nature à «saper la confiance du public dans notre système judiciaire et pénal». Les juges de la plus haute juridiction de cet Etat de l’est des Etats-Unis ont donc accordé à l’unanimité un nouveau procès à Patrick McFarlane.

Au moins trois autres condamnés à 60 ans de prison

La culpabilité de McFarlane avait été déterminée par un jury mais, comme c’est le cas généralement dans le système judiciaire américain, sa peine avait été prononcée par le juge présidant l’audience, en l’occurence Robert Billmeier.

Sauf que ce dernier, pas peu fier de son bilan, s’en est vanté dans un autre procès, prévenant l’accusé de ne pas attendre la moindre indulgence de sa part. Une petite sortie qui a permis à Patrick McFarlane de mettre en doute la crédibilité du juge.

De fait, au terme d’au moins trois autres procès, le juge Robert Billmeier a condamné trois accusés à 60 ans de prison, selon l’arrêt de la cour suprême du New Jersey.

Un homme innocenté après 33 ans de prison

La justice américaine a innocenté jeudi un ancien marin emprisonné depuis 33 ans, condamné par erreur pour le viol d’une femme et le meurtre de son mari en 1982. La décision de la Cour suprême de l’Etat de Virginie risque de relancer le débat très actuel sur les lacunes du système judiciaire américain, accusé de donner la priorité à l’incarcération à outrance et de favoriser une «justice de classe». Keith Harward avait été accusé d’avoir fait irruption au domicile d’une famille vivant dans la ville portuaire de Newport News, d’avoir mortellement frappé le mari avec un pied-de-biche et d’avoir violé sa femme, tandis que les trois enfants du couple dormaient à côté. Une expertise avait alors conclu que l’empreinte d’une morsure subie par l’épouse violée correspondait à la dentition de Harward. Il avait été condamné à la réclusion à perpétuité. Trois décennies après cette expertise erronée, c’est finalement une autre expertise qui a permis de blanchir le prisonnier de 59 ans, qui a toujours clamé son innocence : des analyses ADN ordonnées en 2015 ont en effet prouvé que le viol et le meurtre avaient été perpétrés par un autre marin, décédé depuis en prison où il se trouvait pour un autre motif.  Reconnaissant son innocence, la haute juridiction a également a ordonné la libération immédiate du prisonnier. En 2015, les Etats-Unis ont reconnu l’innocence de 149 personnes injustement condamnées.

Le Parisien.fr

Voir aussi

le-tabouret-quot-marius-quot-d-ikea-a-cause-une-belle-frayeur-a-claus-j-rstad-capture-facebook-1473253192

UN NORVÉGIEN SE COINCE LES PARTIES INTIMES DANS UN TABOURET, IKEA LUI RÉPOND

Un Norvégien qui avait installé ce tabouret Ikea dans sa douche s’est coincé les parties …