Accueil / ACTUALITES / EVASION FISCALE : Comment les multinationales pillent l’Afrique

EVASION FISCALE : Comment les multinationales pillent l’Afrique

A quelques jours du sommet du G7 qui se tiendra dimanche, en Allemagne, l’Ong Oxfam, spécialisée dans la lutte contre la pauvreté, a publié un rapport sur la fiscalité en Afrique. Oxfam dénonce les techniques d’évasion fiscale qui permettent aux multinationales de spolier le continent africain. Jusqu’à 11 milliards de dollars sont ainsi perdus, chaque année.

Dans un document intitulé «parlons argent, l’Afrique invitée du G7», l’Ong dresse le sombre tableau du monde des affaires entre l’Afrique et les investisseurs internationaux. Dans ce rapport, l’organisation dévoile les stratagèmes qui permettent aux entreprises internationales d’échapper à la pression fiscale des pays africains, alors que ce sont ces pays qui participent à leur succès.

Ces entreprises, note le rapport, usent de subterfuges qui leur permettent de contourner les normes fiscales établies dans les pays africains. L’Ong parle du mensonge sur les prix de vente des biens et services échangés entre filiales dits «prix de transfert». Pour échapper à l’impôt et éviter les droits de douane, les multinationales utilisent, notamment un système simple qui consiste à «mentir» sur les prix de vente des biens et de services échangés entre filiales dits «prix de transfert». «Une filiale aura tendance à surévaluer les importations et sous-évaluer les exportations, ce qui revient à ne pas déclarer la valeur ajoutée, là où elle est réellement produite», décrypte le rapport d’Oxfam.

L’autre grand moyen est de faire jouer la concurrence entre États. «Soucieux d’attirer les investissements étrangers, des pays en développement offrent des avantages généreux ou acceptent les conditions inéquitables imposées par les puissantes compagnies par crainte que celles-ci n’aillent ailleurs», dénonce ainsi le rapport Oxfam. Et d’ajouter : «les notions d’aide et de charité permettent, en réalité, aux gouvernements des pays riches et aux multinationales de continuer à piller l’Afrique, derrière un faux voile de générosité». Chaque année, les pays riches donnent 134 milliards $ à l’Afrique, d’une main et prennent 192 milliards, de l’autre.

L’Ong demande, dans ce cadre, aux chefs d’État et de gouvernement des sept pays les plus industrialisés de la planète qui tiendront leur sommet, dimanche et lundi prochains, en Allemagne, de procéder à une profonde réforme des règles internationales concernant la fiscalité des entreprises. Cette réforme doit notamment imposer aux multinationales de déclarer leurs activités et leurs bénéfices filiaux par filiale, pays par pays, projet par projet. Oxfam plaide aussi pour la création d’une organisation internationale spécialisée dans le règlement des litiges relatifs à l’impôt.

Mouhamadou BA avec agenceecofin.com

 

Share This:

À voir aussi

Al Mahdi ! Le Messie ! Le Saint des Miracles

REWMI.COM- Seydina Limamou Laye ! Le Saint-Homme des mille miracles, Traceur de destin et Bâtisseur d’âme, …