Accueil / ACTUALITES / Exactions et violation des droits humains en Guinée L’Opposition lance un appel à la Cpi et la Cedeao

Exactions et violation des droits humains en Guinée L’Opposition lance un appel à la Cpi et la Cedeao

La communauté guinéenne du Sénégal a fait face à la presse, hier, pour dénoncer les exactions des forces de défense et de sécurité guinéennes sur les populations civiles, le non-respect des droits de l’homme et des accords politiques en Guinée.

L’opposition guinéenne lance un appel du pied à la Cpi ainsi qu’à la Cedeao pour sauver la Guinée avant que ça ne soit pas trop tard. « Nous citoyens guinéens de tous bords politiques, de la société civile guinéenne vivant en République du Sénégal, condamnons avec la plus grande fermeté les graves violations des droits de l’homme en Guinée », a déclaré Alpha Amadou Baldé, Secrétaire général du comité fédéral du bureau des jeunes de l’UFDG au Sénégal. Selon lui, l’utilisation des armes de guerre et non conventionnelles pour encadrer ou réprimer les manifestants pacifiques, a eu pour conséquences la mort de 94 jeunes et des centaines de blessés graves, depuis l’arrivée au pouvoir d’Alpha Candé depuis 2010. « Les forces de l’ordre tuent en toute impunité des citoyens dont le seul tort est d’avoir exprimé un droit garantie par l’article 10 de la constitution, la protestation et la manifestation pacifique. Les arrestations et les détentions arbitraires, les violations de domicile et la destruction des biens des populations par la police et la gendarmerie, sont des pratiques courantes en Guinée », a-t-il fait savoir. Et précise que le gouvernement n’a montré aucun signe de compassion et de solidarité envers les victimes. De même, il n’a exprimé aucune volonté de conduire des enquêtes sérieuses pour trouver les coupables et les traduire devant la justice.

Ainsi, le Sg de souligner que l’impunité est garantie par les autorités, et en premier lieu M. Alpha Condé, qui n’a pas déploré et condamné les assassinats lors des manifestations politiques et sociales. « Le régime de Condé est caractérisé par les violations récurrentes des lois de la République, de la constitution, le non-respect des accords politiques signés, l’ethnocentrisme, la dilapidation des ressources publiques, la gabegie, les malversations financières et détournements. Les élections communales du 4 février 2018 ont consacré la victoire de l’opposition, notamment de l’UFDG, et dans des communes du pays et la totalité de celles de la capitale. Toutefois, le pouvoir dans sa volonté de confisquer la victoire de ses adversaires politiques, a ordonné aux magistrats qui ont présidé les commissions administratives de centralisation des votes (CACV) de modifier ou d’annuler les résultats sortis des urnes alors que le code électoral ne leur en donne pas pouvoir ».

Cependant, M. Baldé de faire appel aux autorités afin de mettre fin à cette situation. « C’est pour toutes ces raisons que nous lançons un appel au Président Macky Sall, à la CDEAO, à l’Union africaine, aux organisations de défense des droits de l’homme et à toute la communauté internationale de se mobiliser pour sauver la Guinée avant que ça ne soit pas trop tard », a-t-il lancé.

Me El Hadj Diouf, invité à cette rencontre, de déclarer que Alpha Condé a tué beaucoup de Guinéens et jusque-là, la Cpi ne s’est pas intéressée à son cas. « Il est grand temps que la Cpi s’intéresse aux exactions, aux tueries, aux massacres, aux génocides qui se passent en Guinée. Alpha Condé n’est point inquiété alors qu’il tue. Tout Président qui tue doit être arrêté et envoyé à la Cpi. Alpha Condé a tué il doit être arrêté, ce silence doit cesser », a-t-il martelé.

Selon le bâtonnier, l’actuel Président guinéen massacre la population à longueur de journée, alors il mérite d’y être traduit en justice. Il doit  enfin prendre en mesure ses obligations d’homme d’Etat, et de la nécessité de se distancier de calculs politiciens. Après tous les assassinats qui ont jalonné sa gouvernance, sans qu’il n’ait jamais montré la moindre compassion pour les familles éplorées.

Khady Thiam COLY

À voir aussi

Mimy Touré: « Karim est un candidat épistolaire..’

Mimi Touré, ancien ministre de la Justice, demande à l’ancien ministre d’État de venir avec …

Le PM rencontre les syndicats d’enseignants

Selon les informations de l’As,  le Premier ministre Mohammad Boun Abdallah Dione va réunir aujourd’hui …