Accueil / ACTUALITES / EXCLUSIF : SERIGNE MODOU BOUSSO DIENG DÉMENT « Je ne suis pas parti à l’Apr mais il y a un rapprochement avec Macky »

EXCLUSIF : SERIGNE MODOU BOUSSO DIENG DÉMENT « Je ne suis pas parti à l’Apr mais il y a un rapprochement avec Macky »

Le marabout politicien, Serigne Modou Bousso Dieng sort finalement de sa réserve. Dans un entretien exclusif accordé à Rewmi Quotidien, il dément catégoriquement avoir rallié la prairie marron. Par contre, il soutient qu’après ses relations tendues avec le président de la République, Macky Sall, l’heure est au rapprochement.

Vous êtes un adversaire farouche du président Macky Sall. Pourquoi avez-vous décidé de rallier l’Apr ?

Ceux qui disent que je suis parti à l’Apr n’ont pas assez d’expérience en politique. Car, je suis un chef de parti légalement constitué, qui a obtenu son récépissé, il y a plus de 3 ans. Dans ce cas, il est impensable que je laisse la direction de mon parti pour aller prendre la carte d’une autre formation politique. Le Code civil l’interdit. La seule carte que je détiens est celle de ma formation politique qui est l’Union des groupes patriotiques de Touba.

Mais certains confirment votre ralliement au camp présidentiel.

Même les journalistes qui ont écrit que je suis parti à l’Apr n’ont pas pris la peine de m’appeler pour avoir ma version. Je profite de votre quotidien d’information pour démentir cette information. Parce que, ceux qui le disent veulent tout simplement me saboter ; même le président ne dira pas que j’ai acheté la carte de l’Apr. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il y a un rapprochement en cours entre le président de la République, Macky Sall, et moi. Autre chose, l’objet de ce rapprochement est plutôt religieux que politique. Parce que mon combat est pour Touba. Au début du mandat du président Macky Sall, on avait attribué une déclaration selon laquelle, nous les marabouts, nous serons désormais traités comme des citoyens ordinaires. Et depuis quelques années, le président Sall commence son discours en citant des marabouts comme référence et ça c’est un rapprochement et un pas important pour moi. Mon combat est idéologique et non politique.

C’est étonnant que vous vous rapprochiez aussi vite du président Sall avec tout ce que vous avez dit sur lui. Ce n’est pas un retournement de veste ?

Non ! Nous avons mené des actions contraires contre le président. Parce que nous avons jugé, en fin 2104, que Macky Sall ne doit pas attendre l’appel ou un Magal pour aller à Touba. Ses prédécesseurs le faisaient régulièrement. En tant que natif de Touba, nous avons manifesté notre mécontentement. Le Khalif général des mourides nous a manifesté son désaccord et nous a dit qu’il ne veut plus que son hôte soit accueilli dans la confusion. Puis que nous sommes des talibés, nous avons obéi à cet ordre. C’est la raison pour laquelle, lors de la dernière visite du président Macky Sall, j’ai appelé mes amis, mes compagnons et sympathisants en leur demandant d’accueillir le président de la République dignement. Nous ne voulons pas donner l’occasion à nos adversaires de dire que nous sommes des rebelles et des hors la loi qui ne respectent pas les directives du Khalif général des mourides.

Y a-t-il une audience en cours avec le président Macky Sall ?

Je ne suis pas au courant de cette supposée audience dont on parle avec le président Macky Sall. Ce sont encore des rumeurs.

Vous êtes un fervent défenseur de la famille du président Wade et avec ce rapprochement, ne pensez-vous pas que vos relations vont se détériorer étant donné que vous êtes avec son ennemi politique numéro un ?

En parlant du président Abdoulaye Wade, je pense à mon ami Karim Wade. Mais, je veux que les Sénégalais sachent que dans mon contrat d’amitié avec Karim Wade, il n’est pas mentionné que je ne serai pas l’ami de Macky Sall. Dans mon contrat d’amitié avec l’actuel président, je n’ai jamais mentionné que Me Wade et Yaya Jammet ne sont pas mes amis. Je ne peux imposer à personne des amis et personne ne peut m’imposer des amis et des ennemis. Que cela soit clair dans la tête des Sénégalais. Macky Sall est un ami comme Karim Wade.

Récemment, le président Macky Sall a promis de poursuivre les travaux de modernisation de la ville de Touba. Est-ce que cela vous suffit étant donné que ses prédécesseurs ont tenu le même discours ?

Mon premier combat, c’est Touba. Si le président décide de renforcer la ville sainte en infrastructures, il a tout mon soutien, parce que c’est une vielle doléance. Les hôpitaux de Touba sont des mouroirs. Nous profitons de cette occasion pour demander de poursuivre la construction des hôpitaux, des forages, des pistes de production mais aussi la politique d’assainissement de la ville.

Quelle est votre position sur la réduction du mandat présidentiel ?

En tant que responsable d’une formation politique, nous demandons au président Macky Sall de respecter sa parole en organisant un referendum parce qu’il en sortira grand que de vouloir refuser à respecter sa parole. Car un homme d’État doit respecter sa parole.

Entretien réalisé par Ibrahima Khalil DIEME

À voir aussi

Notre vieux prédateur de réserves foncières connaissait bien son monde (Mody Niang)

Douze ans durant, il a violé la loi sans état d’âme, en toute connaissance de …

Cissé, le «Béni»

sud Quotidien-Sous l’ère du sélectionneur Aliou Cissé, le Sénégal occupe la 23ème place mondiale. Une …