EXPLOITATION MINIÈRE AU SÉNÉGAL

En 2014, le secteur extractif a généré plus 117 milliards FcfL’Initiative pour la transparence dans les industries extractives du Sénégal (ITIE), a dévoilé, hier son rapport sur le secteur minier au Sénégal. En 2014 ce sont plus de 117 Milliards de francs CFA que le secteur extractif a rapporté comme revenus à notre pays dont 92% représentent la contribution directe au budget de l’Etat.

Le deuxième rapport de conciliation 2014 de l’ITIE a été rendu public, hier, en présence de militants de la société civile. Il fait ressortir que le secteur extractif a généré 117 milliards de francs CFA pour l’année 2014 dont 92 % représentent la contribution directe au budget de l’Etat. Toujours est-il que selon l’ITIE, le secteur minier est le premier contributeur au budget de l’Etat avec un total de 101 milliards FCFA, soit 92,7% des recettes provenant du secteur extractif, suivi du secteur pétrolier avec une contribution totale de 8 milliards FCFA. La contribution du secteur extractif a connu une nette évolution liée au démarrage de deux nouveaux projets. Il s’agit de la cimenterie Dangote et l’exploitation des minéraux lourds par Grande Côte Operations (GCO), à Diogo dans la région de Thiès », a expliqué le président du comité national ITIE, Pr Ismaël Madior Fall. « Le contentieux avec Arcelor Mittal a été très significatif dans cette balance, sinon ce serait les cimentiers qui seraient en tête des contributions avec Sococim, Dangote et les ciments du Sahel », a fait savoir Cheikh Tidiane Touré, le secrétaire permanent de l’ITIE. L’ITIE est une initiative volontaire des Etats qui vise à renforcer dans les pays riches en ressources pétrolières, gazières et minières, la bonne gouvernance des revenus publics issus de leur extraction. Le Sénégal est candidat au statut de pays conforme aux normes ITIE et la publication de ce rapport 2014 participe à aller vers ces critères. Toutefois, en dépit des efforts faits par les acteurs du secteur minier, il demeure beaucoup de lacunes à améliorer selon les membres de la société civile. « Si on doit vérifier la conformité des déclarations faites par les miniers et l’Etat, il faut pousser le bouchon jusqu’au bout et demander où et comment l’argent collecté par l’Etat est utilisé ? Est-ce que les populations directement impactées par les entreprises minières bénéficient des retombées de ces exploitations », a tonné Abdoul Aziz Diop, le représentant de la coalition « Publiez ce que vous payez ». Il faut noter que les contributions volontaires directes des sociétés vers les populations ne sont pas négligeables. Elles s’élèvent à plus d’un milliard de FCFA.

Clarification du code pétrolier

Le président du comité national de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) Sénégal, le professeur Ismaël Madior Fall, a préconisé une clarification des dispositions du code pétrolier, en vue d’encadrer davantage les procédures régissant le fonctionnement de ce secteur. “Les instruments qui régissent ce code pétrolier ne sont pas très clairs et font aujourd’hui l’objet d’interprétations. Il est temps d’apporter les clarifications (nécessaires) puisque le Sénégal dispose de ressources minières” qu’il faut, a-t-il dit. “Maintenant que le pays dispose de pétrole, de gaz en plus des ressources naturelles qui ont toujours existé, il est important de procéder à une meilleure interprétation des titres pour aller dans la transparence“, a déclaré le président du comité national de l’ITIE. Il précise que dans le code pétrolier, les compagnies pétrolières sont exonérées lorsqu’elles sont en phase de recherche. “La réglementation était flexible. L’Etat voulait attirer la clientèle, maintenant que les choses ont changé, il faut revoir le code“, a indiqué le professeur Fall. Selon lui, pour être compétitif, le Sénégal doit non seulement tenir compte de l’évolution des données énergétiques mondiales, mais aussi offrir aux acteurs potentiels de l’industrie pétrolière, des conditions attrayantes et susceptibles de favoriser le développement.

Rahmatoulahi Bouchra KEBE

Voir aussi

PROJET DE CONSTRUCTION DU TER  Macky « accélère » ses ministres 

Le président de la république, Macky Sall, ne semble pas reculer sur son projet de …