fada

Fada pendu haut et court, pour tentative de parricide

Me Abdoulaye Wade qui, dans une déclaration imagée à l’époque, avait eu à assimiler Idrissa Seck à une vipère. «Il ne faut jamais héberger une vipère dans sa maison car, l’on risque une morsure mortelle à tout moment», disait-il pour expliquer la menace que représentait l’homme. Le président de la République d’alors  tenait ces propos au moment où Mamouth Saleh parlait d’un coup d’Etat rampant fomenté par Idrissa Seck. En effet, ce projet de Seck, alors tout puissant numéro 2 du parti et de l’appareil d’Etat devait, entre 2003 et 2004, écarter le président de la République du pouvoir.

Aujourd’hui, la menace s’appelle Modou Diagne Fada. Ayant  défié ouvertement la divinité libérale et déclaré la guerre au Pds, le temps ne s’est pas prêté  aux louvoiements et autres compromissions.  Fada a été traduit au tribunal du parti libéral et pendu haut et court, pour trahison et complicité de tentative de parricide. Alea jacta est ! Le lait est tiré, il faut le boire et d’un trait. Mais Fada n’en est pas à son premier coup d’essai. Il a été exclu du Pds.  Depuis lors, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts des libéraux et l’ancien leader de War-Wi, «réhabilité » avait, de nouveau, arpenté les marches de la véranda de la maison familiale. Mais avec la chute de Wade en 2012, Karim Wade élu pour porter la candidature du Pds, de sources internes au Pds confient que l’enfant de Darou Mouhty a eu l’idée obsessionnelle de «déposer» le patriarche. En effet, il est accusé par ses camarades de parti, de connivence avec l’apériste en chef, de concocter un plan pour un parricide qui le porterait à la tête de la machine politique qu’est le Pds. Son modus operandi, selon notre interlocuteur au Pds,  consiste en une déstabilisation du parti par des procédés assimilables aux techniques en vogue dans les guérillas. En réalité, Fada ne fait que lancer une guérilla politique pour aller à l’assaut du Pds, confirme-t-il. Pour ce faire, confesse notre interlocuteur, le président du Conseil départemental de Kébémer s’emploie à créer un climat de suspicion dans la formation des libéraux en faisant penser que certains responsables sont acquis à sa cause. Que nenni !, nous souffle-t-il. Mais ce dernier est convaincu que Fada n’agit pas seul. L’appareil Apr est derrière lui pour affaiblir le Pds, nous dit-il.  «Le renard rôde autour de la basse cour, il faut rassembler les poussins», en commençant par Macky Sall  qu’il cite nommément  par le renard qui rôde autour de la basse cour. Ainsi exhorte-t-il ses camarades libéraux à «rassembler les poussins à l’abri des milans», c’est-à-dire, resserrer les rangs afin de mieux faire face à l’ennemi : l’Apr et son chef.

M BA

Voir aussi

telechargement-7

ME AÏSSATA TALL SALL  “Le 25 janvier, on passera aux choses sérieuses ”

“Ce renvoi s’explique parce que nous appelons, dans notre jargon judiciaire et de procédure, la …