enseignants

FAIBLE NIVEAU DE MISE EN ŒUVRE DES ACCORDS ETAT-CUSEMS 43000 enseignants attendent un acte d’intégration et 23000 un acte de validation

Faisant un bref survol du niveau de matérialisation des accords, les enseignants du Cusems se sont rendu compte que beaucoup d’accords sont restés en l’état.

L’année scolaire 2016-2017 s’annonce-t-elle sous de sombres auspices. En tout cas,  le Cusems, dans une note parvenue à notre rédaction, déplore le faible niveau d’exécution des engagements pris par le gouvernement. Bref l’Etat, selon le Cusems, n’a toujours pas respecté ses engagements. Les syndicalistes ont constaté, pour le rappeler, que 43000 enseignants attendent un matricule ou un acte d’intégration et 23000 environ un acte de validation. Toujours est-il que, d’après le Cusems, l’absence des principaux ministres impliqués dans la mise en œuvre des accords est à déplorer. ‘’Leur absence a constitué un handicap majeur pour le lancement de nouvelles perspectives  et de nouveaux échéanciers’’, mentionne-t-on dans le document parcouru par nos soins. Dès lors, le Cusems attend du gouvernement la matérialisation des accords relatifs surtout au  corps des administrateurs scolaires et l’alignement de l’indemnité de logement des enseignants sur celle des autres agents de la fonction publique de même niveau de qualification professionnelle et le paiement intégral et sans délai des salaires des professeurs contractuels Ce n’est pas tout. Le Cusems exige  l’arrêt immédiat des redéploiements arbitraires et  intempestifs à travers le pays depuis la rentrée des classes. Ces redéploiements, selon le Cusems, risquent de remettre en cause l’esprit des concertations partenariales entre le Ministère de l’Education et les syndicats d’enseignants. Le directoire du Cusems estime enfin que le seul responsable des perturbations du système éducatif demeure le gouvernement qui, au lieu d’honorer ses engagements,  foule aux pieds les droits et libertés syndicales, et exerce une violence institutionnelle sur les enseignants. S’agissant de la concertation pour un partenariat de confiance et pour une année scolaire 2016-2017 sans perturbation, le Cusems  estime que la paix ne se décrète pas, mais qu’elle se construit. C’est pourquoi il exige du gouvernement l’application intégrale des accords signés, l’arrêt des violations systématiques des libertés des travailleurs et du droit de grève, seuls gages d’une paix durable.

M BA

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Ousmane Sow Un Géant de l’Art s’éteint

Le monde des Arts est en deuil. Ousmane Sow est mort ! L’artiste aux mains ingénieuses …