30 septembre, 2014
Accueil » ECONOMIE » FAIBLE REPRESENTATION DES FEMMES DANS DIVERS SECTEURS 20% seulement dans la fonction publique
FAIBLE REPRESENTATION DES FEMMES DANS DIVERS SECTEURS 20% seulement dans la fonction publique

FAIBLE REPRESENTATION DES FEMMES DANS DIVERS SECTEURS 20% seulement dans la fonction publique

La Présidente du réseau « Siggil Jigeen », Safietou Diop, a dénoncé, hier, malgré le vote de la loi sur la parité dans les organes électifs et semi électifs, que les femmes restent encore sous représentées dans divers secteurs. Elle a pris en exemple la fonction publique où seulement 20% de femmes seulement sont présentes.
Mme Diop prenait part à un atelier de renforcement des capacités des membres de la coalition droit des femmes et citoyenneté en communication et plaidoyer. « On a un défi de conservation de nos acquis et le statut continue à être fragile, le combat de la légalité restant à gagner. Aujourd’hui, nous avons 43% à l’Assemblée, notre défi est de les accompagner et les former pour qu’elles soient de véritables déléguées du peuple sénégalais. Il y a énormément de domaines où les femmes restent à représenter et dans la fonction publique, nous sommes moins de 20%, surtout, pour les femmes cadres », a-t-elle précisé.

L’atelier qui préparait à améliorer les capacités en plaidoyer des participants pour faire passer le protocole à la CDEAO a fait ressortir, selon toujours Mme Diop, des constats alarmants. « Ce que nous partageons dans presque toute la sous région est que nos Etats sont prompts à ratifier mais, quant il s’agit d’adopter ces instruments, dans le cadre de la domestication intérieure, on rechigne à le faire. Quant il s’agit d’appliquer les règles que nous nous sommes édictés, on rechigne à le faire », dira-t-elle. Ce qui, de son avis, retarde le processus de développement dans la dimension droit humain et du genre. « Il y a des contraintes et des blocages au niveau de nos états et de nos peuples, peut-être, par incompréhension, à lever. Ce protocole n’est pas un instrument de plus, mais vient aider à lever les obstacles, à appliquer toute cette législation pour hâter le processus et aller à un instrument durable inclusif et participatif respectant les hommes et les droits à égalité », a-t-elle rappelé.

Ch. Moussa Sarr

REWMI QUOTIDIEN