Accueil / ECONOMIE / Famara Ibrahima Cissé, président de l’Acsif  » Nos institutions bancaires nous appauvrissent davantage »

Famara Ibrahima Cissé, président de l’Acsif  » Nos institutions bancaires nous appauvrissent davantage »

Au Sénégal, les banques participent à appauvrir les populations, leurs clients en particulier. C’est la conviction de Famara Ibrahima Cissé, le president de l’Association des clients et sociétaires des institutions financières (Acsif).

Des banques qui se multiplient et une population qui s’appauvrit davantage. Telle est la conviction de l’Association des clients et sociétaires des institutions financières (Acsif). Pour le président de ladite association qui s’exprimait, avant-hier, en marge des «Samedis de l’économie», dont le thème portait sur : «La banque commerciale agence de développement ou agent  de prédation» ; «Les banques pilulent, les micros finances pilulent et les populations continuent davantage à se lamenter de la rareté des ressources».

«Après analyse des plaintes, des complaintes reçues des clients de banques, nous avons la certitude qu’au Sénégal, nous avons des banques commerciales, agents de prédation. C’est la conclusion qui est issue de nos études faites sur la base de plaintes et d’âpres discussions avec les directions générales des institutions financières au Sénégal», a déclaré Famara Ibrahima Cissé qui a aussitôt ajouté  «Nous ne voyons pas d’argent».

Selon lui, au-delà des banques et des micro finances, il y a les micro finances clandestines à la tête desquelles des usuriers exercent des taux exorbitants de plus de 80% au moment où les micros finances – dont la mission était d’aider les couches les plus défavorisées qui n’avaient pas accès au crédit des banques classiques – étaient à des taux de 22 % au même moment, les banques sont à des taux exorbitants de 15%. Cette situation, dit M. Cissé, «met les clients dans des postures de surendettement, d’appauvrissement et de baisse de pouvoir d’achat».

A l’en croire, des institutions bancaires volent les clients. «Nos institutions bancaires nous appauvrissent davantage. Il y a des cas de vols, de fraudes, de détournements bancaires. Les cas de fraudes se situent au niveau de la ponction de sommes faramineuses dans certains comptes», a relevé M. Cissé. «C’est pourquoi nous avions demandé à ce que ces détournements-là soient criminalisés et qu’un espace de discussion, de dialogue, d’échange soit aménagé par les autorités étatiques pour qu’il y ait un échange afin que les clients très rapidement, après qu’ils soient victimes d’arnaquer,  entrent dans leurs droit c’est-à-dire qu’il y ait réparation de ces préjudices causés par les banques», a-t-il précisé.

Mais pour Famara Ibrahima Cissé, ces fraudes se font avec la complicité de la banque centrale. «La banque centrale a les moyens de réguler le marché. Malheureusement, elle ferme les yeux. La banque centrale a des pouvoirs, mais ces pouvoirs ne sont jamais mis en exergue parce que simplement, il y a un vaste complot sur le dos des clients qui sont appauvris parce que le système bancaire a véritablement montré ses limites», a fulminé le président de l’Acsif, non sans préciser que la position de la banque centrale n’est rien d’autre qu’une position de complot. Et, pour cela, dit-il, «l’Etat doit protéger le client et que la banque centrale prenne leur responsabilité».

Il a, par ailleurs, indiqué que les tarifs promotionnels des banques à l’approche de la Tabaski, «c’est de l’arnaque, du vol donc les clients sont victimes. C’est de la désinformation. Les taux promotionnels de 5%, de 7% publiés par les banques sont faux. C’est le taux effectif global qui reflète le taux réel de l’argent. C’est ce taux-là qui devait être affiché dans tous les documents annexes, sur tous les documents publicitaires. Malheureusement, c’est le taux nominal qui est publié. Les clients vont s’engager et vont regretter».

Le Populaire

Share This:

À voir aussi

TRANSPORT FERROVIAIRE  La France accorde 129,6 milliards de FCFA au Sénégal

  Le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou BA, vient de signer …