Education

FASTEF : L’EDUCATION NATIONALE DÉMENT TOUTE PROMESSE DE RECRUTEMENT DES SORTANTS DE LA FORMATION PAYANTE

  • Date: 26 octobre 2015

Le ministère de l’Education nationale a démenti samedi avoir pris un engagement pour le recrutement des sortants de la Formation payante de la FASTEF qui, du reste, ‘’n’est pas un droit que l’Etat doit automatiquement garantir et satisfaire’’.

 Deux cent cinquante-trois sortants de la Faculté des sciences et technologies de l’éducation et de la formation (FASTEF) issus de la formation payante ont marché samedi à Dakar, pour réclamer leur recrutement dans la Fonction publique, selon Radio Futurs Médias (RFM, privée).
Les marcheurs, qui sont regroupés dans un collectif, accusent le gouvernement d’avoir violé l’engagement qu’il aurait pris, en janvier 2014, de les recruter tous.
La réaction du ministère de l’Education nationale ne s’est pas fait attendre. Dans un communiqué reçu à l’APS, il ‘’rappelle que le recrutement de ces sortants n’est pas un engagement de l’Etat et n’est pas non plus un droit que l’Etat doit automatiquement garantir et satisfaire’’.
Selon le texte, ‘’cela est d’autant plus vrai que ces sortants de la FASTEF se sont librement inscrits pour payer leur formation comme tous les autres diplômés de formations payantes dispensées par d’autres facultés des universités’’.
‘’Toutefois, souligne le communiqué, il a régulièrement été porté à leur connaissance, et tout récemment encore, lors d’une audience accordée à un « Collectif des Sortants de la Formation payante de la FASTEF », en octobre 2015, qu’en cas de besoins en enseignants dans leur discipline et de budget disponible, ils seraient prioritairement retenus en qualité de vacataires, face à tout autre candidat n’ayant pas bénéficié d’une formation’’.
Le communiqué rappelle que ‘’les recrutements pour servir au Ministère de l’Education nationale se font sur la base des besoins en enseignants, à la suite d’une planification effectuée par les services compétents du département’’.
Le texte précise que ‘’cette planification tient compte des créations nouvelles d’établissements scolaires, des départs à la retraite, des mises en disponibilité ou en stage de longue durée, des abandons de poste ou des décès’’.
Il explique que ‘’ces besoins sont analysés par un comité spécial mis en place au Ministère en charge de la Fonction publique’’.
‘’[…] cet examen se fait en tenant compte de plusieurs paramètres et notamment des postes budgétaires libérés et de la nécessité de rationaliser la masse salariale dans des limites compatibles avec les possibilités budgétaires de l’Etat ; les avis de ce comité sont ensuite transmis à Monsieur le Premier Ministre qui arrête définitivement les chiffres et donne les autorisations pour la formation des futurs enseignants’’, pour le communiqué.
Il ajoute que ‘’c’est compte tenu de ces autorisations, précisément déterminées, que le Ministère demande aux structures compétentes, notamment à la FASTEF et aux Centres régionaux de Formation des Personnels de l’Education, de lancer les concours et de procéder à la formation des candidats admis’’.
Selon le ministère de l’Education nationale, si les sortants de la Formation payante de la FASTEF qui réclament leur recrutement ne l’ont pas été, ‘’c’est parce que leur profil ne correspond pas à des besoins présentement exprimés et à un budget disponible’’.

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15