Fatoumata M Ndiaye enterrée dans la douleur

La vice-présidente du Conseil économique social et environnemental (Cese), Fatoumata Mactar Ndiaye, tuée chez elle samedi, a été inhumée, hier, en présence d’une foule nombreuse. C’est dans la douleur et la consternation que la défunte a été enterrée au cimetière de Pikine.

Douleur immense et colère sourde. Il y a des images que l’on ne voit jamais, cantonnées à l’intimité des cérémonies funèbres. Celles d’hommes politiques, de collègues, de proches, de parents et de voisins, les traits déformés par la peine et la colère. Une grande foule, scandant des versets coraniques, a tenu à accompagner Mme Fatoumata Mactar Ndiaye jusqu’à sa dernière demeure. De nombreuses personnalités publiques, telles  qu’Aminata Tall, la présidente du Conseil économique social et environnemental (Cese), le ministre conseiller Mor Ngom, l’ancien ministre de l’Emploi, Benoit Sambou, Déthié Fall de Rewmi, s’étaient rendues à la maison mortuaire. Les gens arrivaient sur les lieux pour partager la douleur avec la famille éplorée. La prière mortuaire a été effectuée à 14 heures 43 minutes à la mosquée sise près du domicile de la défunte. Le corps est arrivé au cimetière de Pikine vers 15 heures, dans un corbillard de la ville de Pikine. Après l’inhumation, Il ne restait à l’assistance que de témoigner les qualités de la dame. Pour Samba Ndongo, responsable de l’Apr à Djiddah Thiaroye Kao,  « c’est tout le département de Pikine qui a perdu une femme de référence et pieuse. Elle assistait les familles démunies, aimait les enfants. Pikine ne s’attendait jamais à sa disparition. Fatoumata Mactar Ndiaye a toujours œuvré pour le développement », dit-il. Selon Ousmane Ndiaye, responsable politique à Pikine, « l’ancienne vice-présidente du CESE était très respectueuse de la hiérarchie. La jeune génération doit la prendre comme référence pour faire de la politique. Même lorsqu’elle était député, elle n’a jamais trahi son entourage. Fatoumata avait vendu sa maison à liberté 6 pour venir habiter avec ses parents et ses proches de la banlieue ».

 Sada Mbodj

Voir aussi

Comment faire face à Khalifa Sall et Cie

Ousmane Tanor Dieng a les limites d’un homme politique de cabinet bureaucratique et non de …