Contributions

FAUX DEBAT, FAUX BILLETS ET FAUSSE BONNE IDEE /FBI (Abdou Khadre Lô)

  • Date: 15 février 2016

Depuis quelques jours s’est instauré au Sénégal un débat nauséabond sur la nationalité de nos acteurs politiques. On semble se réveiller d’un long sommeil pour découvrir que Karim Wade a aussi la nationalité française. Quelle découverte ! Le monsieur est né à Paris, d’une mère française. La saisie, par ses avocats, de la justice française dans le cadre de son dossier d’enrichissement illicite semble avoir dopé certains. «Vous voyez, il est français, il ne pourra

donc pas briguer le suffrage des Sénégalais le moment venu.»
Le débat a ensuite glissé sur la nationalité française de son père, qui nous a dirigé de 2000 à 2012. Les plus hauts responsables du parti au pouvoir parlent de la mise en place d’une commission parlementaire pour enquêter sur cette probable « haute trahison ». Mais où étaient-ils tous en 2007 lorsque le président Wade briguait un second mandat ? La plupart était avec lui- y compris l’actuel Président de la République – pour nous dire que c’était le meilleur de tous les Sénégalais. Pourquoi personne, parmi ceux qui hurlent aujourd’hui, n’avait évoqué la « francité » des Wade père et fils? Etaient-ils trop occupés à jouir, avec eux, du pouvoir ? Evoquer la question à l’époque, c’était bien évidemment prendre la porte, au minimum. Le président Macky Sall était même, à un moment donné, monté au créneau pour défendre Karim Wade.
Demb fila niou fek !
Les archives nous permettent même de préciser que cette histoire de « sénégalité » exclusive remonte au code électoral, adopté à l’unanimité par les députés, le 20 septembre 1991, et qui stipule que le candidat à la Présidence de la République déclare sur l’honneur n’avoir que la nationalité sénégalaise. Une loi que la Cour suprême jugera non conforme à la Constitution (arrêt du 15 novembre 1991). Qu’à cela ne tienne, la Constitution sera modifiée (Loi n° 92-14 du 15 janvier 1992) et l’article 23 dira ceci: «Tout candidat à la Présidence de la République doit être
exclusivement de nationalité sénégalaise (…)». Cet article est devenu le fameux article 28 de la Constitution de 2001. Alors, qu’est-ce qui est nouveau ici ? Qu’est-ce que le Sénégal gagne dans ce tohu-bohu ? Nos politiciens sont-ils si en panne d’imagination et de force de proposition pour faire « émerger » le pays qu’ils nous imposent ce débat de caniveau?
 Sur un autre registre, j’ai toujours condamné les longues détentions préventives qui peuvent quelques fois durer plusieurs années. Le problème réside dans le fait que seuls les anonymes en sont victimes. Démonstration vient encore d’être faite qu’au Sénégal, comme ailleurs, mieux vaut être une célébrité et avoir un très gros carnet d’adresse lorsqu’on a maille à partir avec la justice.
 Le Premier Ministre nous avait dit lors de son dernier face à face avec les députés que le Sénégal ne brulait pas ses stars. Oui ! On avait remarqué. On peut être accusé dans un énorme scandale de fabrication et d’écoulement de plusieurs dizaines de milliards de faux billets et compter sur le soutien populaire de quelques bonnes âmes. Fii moy Senrégal Ndiaye !
 Enfin, le marathon Eiffage me semble être une bonne idée en soi. Maintenant, l’appeler « Marathon Eiffage » ressemble fort à une fausse bonne idée. Si l’ambition est de faire de Dakar le rendez-vous annuel d’un grand marathon international, on aurait pu se contenter de l’intituler tout simplement « Le marathon de Dakar ». Les plus grands marathons du monde sont des événements sportifs socio-économiques et constituent un rayonnement sportif de la ville d’accueil. Les 5 plus grands rendez-vous annuels s’appellent en toute simplicité: 1) Le marathon
de New York, 2) Le marathon de Chicago, 3) Le marathon de Paris, 4) Le marathon de Londres et 5) Le marathon de Berlin.

Bonne semaine productive à tous,

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15