Accueil / FAITS DIVERS / Sa femme lui réclame la dépense quotidienne : Mamour la tabasse et menace de la  tuer

Sa femme lui réclame la dépense quotidienne : Mamour la tabasse et menace de la  tuer

Tabassée puis menacée de mort par son époux, M. D a attrait, hier, ce dernier à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. A l’issue de ce jugement, le prévenu a été déclaré coupable avant d’être condamné à un mois avec sursis.

 La dame M. D et son mari, Mamour, ont soldé leurs comptes, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Il ressort des débats d’audience que le mari a bien bastonné sa femme qui lui réclamait tout simplement la dépense quotidienne. Dans sa plainte, la plaignante a mentionné que c’est la troisième fois que son mari lui administre des coups violents. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est qu’au courant du mois de juin dernier, le mis en cause avait refusé de lui donner l’argent pour aller au marché. Ce jour-là, dit-elle, il y’  eu un échange de propos aigres-doux avant que ne s’en suive une altercation au cours de laquelle elle a été bien bastonnée par son époux. « Après notre altercation, je me suis rendue au centre de santé Mame Abdou Aziz Sy Dabakh où j’ai reçu des soins. Malgré cela, mes parents sont venus dans notre appartement pour me demander de présenter des excuses à mon mari. Ce que j’ai fait sans ambages. Alors que je pensant que tout était rentré dans l’ordre, mon mari est venu encore me trouver dans la chambre où je dormais avec mon enfant. Il m’a réveillée et a commencé à me frapper. Pis, il m’a jeté une chaise au moment où je suis tombée par terre », a-t-elle déclaré. A l’en croire toujours, son mari a aussi menacé de la tuer. S’exprimant à la barre du tribunal des flagrants, elle soutient avoir mal partout.

« Je souffre et j’ai même un problème de tympan. Mon mari a refusé de prendre en charge mes frais médicaux. Et quand je l’appelle au téléphone, il m’abreuve d’injures. Il m’a même interdit l’accès de l’appartement. C’est la raison pour laquelle j’ai porté plainte », a encore dit la dame, qui dit avoir pardonné son mari parce que ses parents sont en train de régler le problème. Interrogé à son tour, Mamour dit regretter son acte. Sur une question de savoir pourquoi il frappe sa femme, le mis en cause a soutenu que c’est la première qu’il lève la main sur elle. Et, il l’a fait sous le coup de la colère. Toutefois, il a demandé pardon à sa femme et au tribunal. De son côté, la représentante du Ministère public a dénoncé le comportement du prévenu. « Arrête de frapper ton épouse. Sinon, tu vas encore comparaître devant cette barre. On ne cautionne pas de tels actes de violence. Si tu as envie de mesurer ta force, va te frotter à un homme comme toi », a-t-elle dit avant de requérir l’application de la loi. Pour terminer, la défense a pris la parole pour solliciter une application extrêmement bienveillante de la loi. « Comme ils sont dans une dynamique de réconciliation, je vous demande, Monsieur le juge, de les accompagner dans ce sens. Mon client a commis une erreur. Il s’est amendé. Je vous demande de lui accorder une peine, assortie du sursis pour lui permettre de rejoindre sa femme et son enfant », a dit la robe noire. En rendant sa décision, le tribunal a reconnu le prévenu coupable avant de le condamner à un mois avec sursis.

Cheikh Moussa SARR   

À voir aussi

Tivaouane : La tête d’Assane Ndiaye retrouvée, ses fils arrêtés

Rebondissement dans l’affaire du meurtre du vieux Assane Seck, tué mercredi par des individus non …

Espagne : Un chien coupe le sexe d’un Sénégalais

Modou Diouf, un Sénégalais vivant en Espagne, s’est retrouvé avec un pénis déchiqueté en voulant …