SOCIETE

FESTIVAL KOOM-KOOM « Malgré les assurances de Macky, aucune aide n’est disponible »

  • Date: 17 décembre 2015

 À moins de 24 heures de la 8ème édition du Festival KOOM-KOOM, l’initiateur Khalifa Dramé a rencontré, hier, la presse pour faire le bilan de l’organisation. Selon lui, malgré les assurances de la présidence de la République, les organisateurs n’ont encore reçu aucune aide venant de la part de l’État du Sénégal.

La 8ème édition du Festival KOOM-KOOM se tiendra, ce week-end. Cette année, les organisateurs vont centrer leurs activités sur la promotion du tourisme, de la culturelle, de l’artisanat et de l’environnement. Tout cela nécessite une aide de nos autorités gouvernementales. En conférence de presse, hier, le président Khalifa Dramé du Gie Goorgorlou, initiateur du Festival Koom-Koom (Calebasse), a révélé qu’aucune aide n’a été enregistrée venant de l’État étant donné que la manifestation se tiendra en Casamance, zone très enclavée. « Nous nous sommes adressés à tous les ministères qui sont concernés par la calebasse. Le chef de l’État, Macky Sall, a adressé des courriers via son directeur de cabinet aux différents ministres concernés. Le Premier ministre a fait la même chose. Malheureusement, à une semaine du festival, nous sommes toujours dans l’attente d’éventuels soutiens. Je persiste, jusqu’au moment où nous tenons ce point de presse, nous n’avons pas encore eu le soutien que nous désirons », déplore Khalifa Dramé.

Et d’ajouter : « En Afrique, c’est difficile d’organiser une manifestation. Les personnalités vous reçoivent, elles vous parlent, vous les écrivaient et elles ne vous répondent même pas ». Des nouveautés pour la 8ème édition. Cette année, il s’agira de la première édition d’un concours de poésie sanctionné par le « Prix Nouha Cissé pour la littérature », d’un concours artistique sanctionné par le « Prix monument de la renaissance pour la création ». Selon le promoteur, « des délégations venues de plusieurs régions du Sénégal et des Pays de l’Uemoa, de la Martinique et de quelques pays européens participeront au festival qui aura lieu du 17 au 20 décembre 2015 à Ziguinchor.

Par ce festival, les bailleurs veulent participer à la relance des activités économiques et culturelles en Casamance. « Nous voulons réaliser l’économie de la culture, son rôle et sa responsabilité dans le développement du tourisme. Par ailleurs, ce festival permettra aux uns et aux autres de s’engager dans la promotion de la paix, la protection de l’environnement mais aussi la promouvoir des langues nationales et l’intégration. Par ce festival, nous voulons renforcer la citoyenneté et la diversité culturelle », conclut-il.

 

Ibrahima Khalil DIEME

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15