Accueil / ECONOMIE / Fête du 1er mai : Les centrales s’élèvent contre la flambée des prix

Fête du 1er mai : Les centrales s’élèvent contre la flambée des prix

Le constat unanime fait par les centrales syndicales lors de la célébration de la Fête du travail 2007, c’est que ‘certaines denrées essentielles telles que : le riz, le lait, le sucre ont subi une augmentation en sus des graves perturbations dans la distribution du gaz butane et la flambée de son prix qui handicape tous les ménages’. La ‘crise chronique du système éducatif’ et ‘les entreprises en difficultés dans divers secteurs de l’économie’ ont, également, occupé une place de choix dans les plates-formes revendicatives des centrales.

Source : Walfadjri
Un regard sur les plates-formes revendicatives des centrales syndicales montrent qu’au-delà des différences d’identité que l’on peut noter ça et là, les préoccupations de celles-ci se rejoignent, pour l’essentiel, autour de la ‘défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs’. Cette année, plus que par le passé, les centrales syndicales ont collé aux préoccupations de l’heure des travailleurs sénégalais qui ont pour nom : hausse des prix des denrées de première nécessité, pénurie de gaz, crise de l’école publique, entreprises en difficultés…

La hausse exponentielle constatée par les consommateurs sénégalais sur les prix du riz, du sucre, du gaz, de l’eau, de l’électricité, du transport ne laisse pas indifférente les centrales. Ainsi, élèvent-elles la voix pour réclamer ici et maintenant la ‘baisse des denrées et services de première nécessité’. Parallèlement, les centrales syndicales, notamment la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal – Force du changement (Cnts-Fc) dirigé par Cheikh Diop et l’Intersyndicale des centrales regroupant la Cnts de Mody Guiro, la Csa de Mamadou Diouf, l’Udts d’Alioune Sow, l’Uts d’Ibrahima Sylla, réclament ‘une augmentation généralisée des salaires dans le secteur privé face à la montée vertigineuse des prix des denrées et services de première nécessité’.

Les centrales, dans leurs cahiers de doléances, défendent, aussi, unanimement, ‘l’évaluation et l’application de la retraite à 60 ans’. De même que la ‘baisse de la fiscalité sur les salaires’. La Cnts-Fc et l’Intersyndicale des centrales demandent, également, au gouvernement de protéger et de soutenir les entreprises en difficulté qui, selon elles, sont victimes de la ‘concurrence déloyale face au libéralisme sauvage’. Il s’agit notamment des industries classiques comme : les Ics, la Senelec, et le secteur de la Pêche et de l’Agro-alimentaire, entre autres.

Si la résolution de la crise scolaire est totalement absente de la plate-forme de la Cnts-Fc, elle est, par contre, bien présente dans celle de l’Intersyndicale des centrales. ‘L’intersyndicale est fortement préoccupée par la situation qui prévaut dans le secteur de l’Education et exige du gouvernement la convocation rapide des négociations sérieuses autour des revendications de l’Intersyndicale de l’enseignement pour ramener la paix définitive dans l’espace scolaire’.

Par ailleurs, les camarades de Cheikh Diop, dans leur plate forme revendicative de cette année, épousent l’idée, récemment exprimée du ministre du Travail et des organisations professionnelles, Me Abdoulaye Babou, d’organiser des élections de représentativité des syndicats de travailleurs.


À voir aussi

Lutte contre le chômage : Grape/B joue sa partition

Le Groupe de Réflexion et d’Action pour l’Emergence des Banlieue (GRAPE/B), a organisé un forum …

Itie: La RDC s’inspire du modèle sénégalais

Le Comité national de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives de la République …