telechargement-3

FIDAK 2016 L’Ethiopie à l’honneur !

Le ministre du Commerce, Alioune Sarr a présidé, hier,  l’ouverture officielle de la 25ème Foire Internationale de Dakar. L’édition de cette année  a, comme invité d’honneur, la République  démocratique populaire d’Ethiopie

«Promotion du partenariat public-privé, pour un développement durable en Afrique de l’Ouest». Tel est le thème de la 25ème édition de la Foire internationale de Dakar (Fidak) dont l’ouverture officielle a été présidée hier par Alioune Sarr, ministre du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des Pme. ‘’Le choix de la République fédérale démocratique d’Ethiopie, comme pays invité d’honneur, est un choix raisonné et fondé sur les bonnes relations entre les deux pays’’, selon le ministre Alioune Sarr. Qui ajoute : ‘’le choix porté sur l’Ethiopie se justifie amplement pour plusieurs raisons. D’abord, par les liens séculaires d’amitié, de fraternité et de solidarité qui existent entre nos deux peuples. Aussi, les deux pays partagent la même  vision au plan politique et en matière de développement économique et social.’’ Toutefois, le ministre relève que cette exemplarité dans les relations ne s’est pas encore reflétée dans les échanges économiques et commerciaux bilatéraux. En plus, pour Aliou Sarr, « actuellement, l’Ethiopie occupe la 100ème position parmi les clients du Sénégal, correspondant à un volume d’exportation évalué à 25 millions FCFA en 2015, contre un volume de transaction commerciales me paraissant fiables au regard des énormes potentialités qu’offrent respectivement nos deux pays. Le thème choisi pour cette 25ème FIDAK, « Promotion du partenariat public-privé, pour le développement durable en Afrique de l’Ouest », me semble pertinente et conforme aux objectifs que l’on s’est fixés dans le Pse ». En effet, selon Aliou Sarr, il ne peut exister de développement durable sans une forte implication du secteur privé sur toute la chaine de valeur des biens et services.  Mais l’expérience montre que la contribution du secteur privé est encore beaucoup plus déterminante dans le financement, la construction et parfois même dans l’exploitation de certaines infrastructures stratégiques, vu les nombreuses contraintes budgétaires de l’Etat.

Khady Thiam COLY

Voir aussi

telechargement-3

DONNÉES INFORMATIQUES AFRICAINES La Sonatel lance un « DATACENTER »

La Société nationale des télécommunications (SONATEL) est en train de finaliser les travaux de construction …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *