Accueil / ACTUALITES / FIEVRE ÉBOLA : Eden joue sa partition

FIEVRE ÉBOLA : Eden joue sa partition

Le virus Ebola reste aujourd’hui un fléau à combattre par les Etats, Organisations non-gouvernementales, entre autres.

Ceci est la raison qui conduit à l’Ong Eden d’entrer dans la danse pour sensibiliser l’opinion par apport aux conséquences de cette maladie qui continue de faire des victimes dans certains pays en Afrique. Cette campagne a été tenue dans la  banlieue, précisément dans la commune de Wakhinan Nimzath.

Pour Massamba Mbaye, coordonnateur de l’IOng Eden, « c’est un atelier de formation qui va être d’abord organisé au profit de 20 relais qui vont sensibiliser l’opinion par apport aux conséquences de cette maladie. Les pays de l’Afrique de l’Ouest sont confrontés à cette épidémie et les premiers cas ont été notifiés par l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) en mars 2014.

L’épidémie, qui a débuté en Guinée, s’est rapidement étendue au Liberia, à Sierra Leone, au Nigeria, au Sénégal et au Mali. Raison pour laquelle les acteurs doivent se lever pour mettre fin à ce fléau », dit-il. Selon le dernier bilan actualisé par l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) au mois de mars 2015, « l’épidémie d’Ebola a dépassé le cap des 10.000 morts. L’Afrique de l’Ouest est la principale zone affectée, avec les pays les plus touchés comme la Guinée-Conakry, le Liberia et la Sierra Leone. Depuis le déclenchement de l’épidémie début 2014, 4.162 personnes sont décédées au Liberia sur 9.343 personnes contaminées. La Sierra Leone compte 11.677 personnes contaminées dont 3.655 sont décédées. La Guinée, elle, enregistre 3.330 personnes contaminées dont 2.187 sont décédées.  D’après M. Mbaye, « 25.000 personnes sont encore touchées par l’épidémie mais le rapport de l’Oms affiche toutefois des données rassurantes, notamment la diminution de la contamination en Guinée-Conakry et en Sierra Leone. Néanmoins, le  Sénégal, qui jusqu’ici n’avait enregistré qu’un seul cas importé de la République de la Guinée, traité et guéri, continue de renforcer son dispositif de surveillance et de sensibilisation des populations, du fait de l’intensité des échanges commerciaux avec certains pays voisins couplée à la porosité des frontières  mais surtout  la dangerosité du virus. Eden salue la détermination et l’engagement du gouvernement du Sénégal qui avait très tôt pris des mesures de prévention pour barrer la route à cette maladie », explique le coordonnateur d’Eden qui se désole de la propagation de l’épidémie, entrainant des pertes de vies aux enfants, aux parents et autres.

« Les conséquences néfastes de la fièvre Ébola ont atteint les ménages et ont fait que les entreprises sont confrontées à une baisse de leur main-d’œuvre, à cause de travailleurs malades, décédés ou apeurés». Conscients de cette situation, Eden ( Education et Développement de l’Enfant) qui défend la cause des enfants, organise un atelier de formation de relais sur  la manifestation, le diagnostic, le mode de transmission, le traitement et les mesures à prendre pour éviter la maladie à travers le projet de prévention de la fièvre hémorragique à virus Ébola pour les enfants défavorisés de Guédiawaye, appuyé par d’autres organisations comme Conemund, Mckinsey et Compagny.

A l’issue de l’atelier de formation, un plan d’action axé sur une campagne de sensibilisation et de démonstration sur les techniques de lavage des mains et de distribution de kits d’hygiène sera mis en œuvre au niveau des lieux d’apprentissage et des quartiers inondés de la banlieue, particulièrement à Guédiawaye, précisément à Wakhinan Nimzath, d’ici fin novembre avant de vulgariser des programmes du genre à travers d’autres localités du Sénégal, pour conscientiser l’opinion », nous a fait savoir Massamba Mbaye.

Sada Mbodj

À voir aussi

Non-paiement de sa consignation : Khalifa Sall noir de colère

La journée de Khalifa Sall n’a pas été joyeuse, jeudi dernier, après que la Cour …

Cambriolage : le domicile d’un ministre visité par des voleurs

Les malfaiteurs ont encore frappé très fort dans le pays. Cette fois-ci, ils ont jeté …