SOCIETE

FIN DE LA 3ème PHASE DU PROGRAMME DES BOURSES DE SÉCURITÉ FAMILIALE

  • Date: 7 novembre 2015

134.763 allocations versées pour une enveloppe de plus de 3 milliards F Cfa
Le processus d’intégration de la 3ème génération de bénéficiaires de la bourse de sécurité familiale est arrivé à son terme. Cette opération qui a démarré le 15 octobre sur l’ensemble du territoire national a abouti au versement de 134.763 allocations dont 43.900 concernant la nouvelle génération, pour un montant global de trois milliards trois cent soixante-neuf millions soixante-quinze mille (3.369.075.000) F Cfa.
En conférence de presse, hier, Mme Anta Sarr, responsable de la Délégation générale à la protection sociale et à la solidarité nationale (Dgpsn) a fait le point sur l’achèvement du processus d’intégration de la 3ème génération de bénéficiaires de la bourse de sécurité familiale. «Au nombre de 100.000 ménages, ils ont été sélectionnés à partir d’un effectif de 150.000 familles choisies par des comités locaux, quartiers et villages composés principalement de notables, d’autorités religieuses, d’associations», a révélé Mme Sarr. À cet effet, précise-t-elle, 134.763 allocations ont été versées dont 43.900 concernent la nouvelle génération, pour un montant global de trois milliards trois cent soixante-neuf millions soixante-quinze mille (3.369.075.000) F Cfa. «Tout a été fait dans la plus grande transparence», rassure-t-elle. Tout en soulignant que l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) a procédé aux enquêtes de confirmation pour une identification effective des 150.000 familles et les données collectées sur chacune d’elles ont permis de faire un tri (scoring) pour parvenir à la sélection définitive des 100.000 ménages nouveaux bénéficiaires de 2015. Après le transfert des listes définitives aux autorités administratives et locales, une circulaire a été envoyée aux Gouverneurs de régions pour expliquer le processus du scoring, clarifie Mme Sarr, estimant qu’environ 18.000 comités locaux ont été créés par les maires. «Ce processus est fondé sur une démarche de transparence qui a mis en avant le caractère inclusif par l’implication d’un plus grand nombre d’acteurs, surtout locaux pour renforcer la fiabilité de l’opération», insiste la déléguée générale.

Innovations majeures

Par ailleurs, ajoute-t-elle, l’une des innovations majeures est le respect de la régularité des paiements à date échue. «Ainsi, le 15 du mois suivant chaque trimestre, il sera procédé au paiement des bourses, afin d’éviter les retards et les cumuls», révèle-t-elle. Non sans préciser qu’un suivi quotidien des paiements est fait en collaboration avec les services compétents de la Poste. En perspectives, la Dgpsn a annoncé des tournées de sensibilisation des nouveaux bénéficiaires au respect des conditionnalités de l’octroi de la bourse qui débuteront par la région de Dakar d’ici deux semaines. Ce n’est pas tout. Un numéro vert sera mis en place dans les meilleurs délais pour la gestion des réclamations, afin de faciliter la saisine de la structure chargée de recueillir les erreurs d’inclusion ou de transcription. Il sera également question, selon Mme Anta Sarr Diacko, de l’accompagnement des bénéficiaires par des activités génératrices de revenus en vue d’assurer leur résilience qui sont en train d’être développées en collaboration avec des projets et programmes d’appui à l’agriculture en particulier présents dans de nombreuses régions du pays. À signaler qu’avec cette 3e génération, les bénéficiaires des bourses sociales sont désormais portés à 200 000 ménages qui reçoivent chacun un montant global de 100 000 F Cfa, soit au total une enveloppe de 20 milliards de F Cfa, pour cette année. L’objectif fixé est de passer, pour 2017, à une enveloppe budgétaire de 30 milliards F Cfa, soit l’équivalent de 300 000 familles. Le PNBSF, initié en 2013, est passé de 50 000 ménages à 100 000 en 2014, pour arriver en 2015 à 200 000 bénéficiaires.

Mouhamadou BA

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15