23 septembre, 2014
Accueil » SANTE » Financement de la vaccination Le Sénégal dégage chaque année un milliard de Fcfa
Financement de la vaccination  Le Sénégal dégage chaque année un milliard de Fcfa

Financement de la vaccination Le Sénégal dégage chaque année un milliard de Fcfa

Les parlementaires et les homologues gouvernementaux de 17 pays se réunissent, à Dakar, dans le cadre d’un colloque international sur le financement durable de la vaccination. Une rencontre qui aura permis de savoir que le Sénégal dégage, chaque année, près d’un milliard de FCFA, dans l’achat de vaccins.
Le ministère de la Santé et de l’Action sociale, en partenariat avec Sabin Vaccine Institute, a initié un colloque sur le financement durable de la vaccination. Cette rencontre de deux jours a pour objectif de rassurer les parlementaires et les homologues gouvernementaux des 17 pays réunis à Dakar, de partager et évaluer leurs expériences et les meilleures pratiques pour le financement durable de la vaccination. Venu présider la cérémonie d’ouverture, à la place du professeur Awa Marie Coll Seck, le Directeur de la santé, Dr Pape Amadou Diack, a soutenu que la réussite des vaccinations permettra d’atteindre les objectifs du millénaire pour le développement. Aussi, a-t-il précisé que le gouvernement du Sénégal, au fait des vrais enjeux de cette vaccination, a dégagé une ligne budgétaire de près d’un milliard annuellement pour l’achat des vaccins. Effort budgétaire en faveur de la vaccination qui lui aura permis d’atteindre des performances de plus de 80% de couverture pour la plupart des antigènes du programme.

Lever les contraintes

Se voulant rassurant, le Dr Diack de déclarer que le Sénégal et les pays présents au colloque connaitront une évolution substantielle, pour ce qui est de l’augmentation du budget de l’Etat alloué à la vaccination, si le plaidoyer est maintenu. Cependant, malgré l’effort des partenaires techniques et financiers, notamment, Sabin Vaccine Institute, plusieurs difficultés entravent encore la pérennisation des acquis et l’atteinte des objectifs fixés. Difficultés qui, selon le Dr Diack, sont, entre autres, le renouvellement des équipements pour le Pev, le fonctionnement de la chaîne de froid dans des zones non desservies par l’énergie électrique, le financement des activités de la vaccination de routine, y compris la communication. Et, face à ces contraintes, les pays participants ont mis en place un cadre légal pouvant favoriser le financement des activités de la vaccination de routine, l’acquisition du matériel roulant, l’introduction de nouveaux vaccins dans le Pev et un meilleur accès des couches sociales défavorisées aux services.

Cheikh Moussa SARR