Accueil / ECONOMIE / FINANCEMENT DE PROJETS Le Fonds vert prévoit  2,5 milliards de dollars en 2016

FINANCEMENT DE PROJETS Le Fonds vert prévoit  2,5 milliards de dollars en 2016

 Le Fonds vert pour le climat (Fvc) a validé plusieurs projets, lesquels seront financés courant 2016, à hauteur de 2,5 milliards de dollars.

Le Sénégal a été identifié pour un financement par le Fonds vert pour le climat (Fvc) des projets visant à soutenir l’exécution des Contributions nationales prévues déterminées (CNDP). Ainsi, le Fonds vert pour le climat (Fvc), principal instrument multilatéral d’aide aux pays pauvres et vulnérables en matière de climat, va financer dans le courant de l’année 2016  plusieurs projets  de lutte contre le changement climatique, pour un montant global de 2,5 milliards de dollars. La révélation a été faite, hier, par le directeur de cabinet, à l’occasion d’un atelier de partage et d’information sur le programme de préparation du Sénégal au Fonds vert pour le climat. En effet, le Conseil du Fonds vert pour le climat a établi un programme de préparation pour permettre aux pays d’accéder aux ressources.

Il s’agira, selon Souleymane Diallo, d’apporter un soutien aux pays pour l’élaboration de projets éligibles, mais également pour renforcer le cadre institutionnel, et établir les priorités d’investissements stratégiques sobres en carbone et/ou résilients au climat existants. À l’en croire, ce programme vise surtout à soutenir l’exécution des contributions nationales déterminées et à aller à l’échelle dans le cadre de projets éligibles à la finance climatique. Selon toujours  Souleymane Diallo, le Fonds vert pour le climat (Fvc) offrira un accès amélioré au financement, y compris un accès direct, en fondant son activité sur une approche axée sur les pays et en encourageant la participation des groupes vulnérables dont la dimension genre. Par conséquent, le Fonds prévoit, en 2016, de mettre à la disposition des pays une enveloppe de 2,5 milliards de dollars pour le financement des projets qui lui seront soumis, a dit Souleymane Diallo.

En réalité, précise-t-il, ledit Fonds  constitue l’engagement financier des pays développés vis-à-vis des pays en développement pour faire face aux efforts de lutte contre les changements climatiques. À son avis, il nous faut revoir nos modes de production et de consommation si nous voulons atteindre la durabilité et ou la qualité du développement. Cela passera, indique-t-il, par un appui conséquent aux pays en développement pour assurer la résilience des communautés et des écosystèmes. À signaler que le Fonds est doté d’un budget de  100 milliards de dollars par an à partir de 2020. Le Fonds  mobilise à la fois des ressources publiques et privées pour le financement des projets d’atténuation et d’adaptation dans les pays en développement. Depuis la 20ème Conférence des Parties, en décembre 2014, il s’est doté de 10,2 milliards de dollars de promesses de dons. En janvier 2016, les contributions signées sont de 6,8 milliards de dollars USD soit 68% des fonds promis et mobilisés.

Mouhamadou BA

À voir aussi

Technologies des industries manufacturières- Un danger permanant pour les travailleurs peu qualifiés

Le progrès technologique et l’évolution des relations commerciales viennent aujourd’hui modifier les perspectives d’avenir des …

PAD : Dp World investit 19 milliards

Dp World Dakr a investi cette année 19 milliards de francs Cfa pour renforcer ses …