Financement des Assises nationales par Diack- Tekki confirme Mbow

Le patron du Mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo, réaffirme que pour les Assises nationales, Lamine Diack,  en tant que personnalité indépendante, a cotisé 10 000 euros (6,5 millions F Cfa environ) pour un budget d’une centaine de millions de francs Cfa.

Si Tekki confirme que Lamine Diack a bel et bien financé les Assises nationales, Mamadou Lamine Diallo tient à préciser que lui et son Mouvement n’ont jamais reçu de soutien quelconque de l’ex boss de l’IAAF ni directement,  ni indirectement. Toutefois, souligne le député dans un communiqué parvenu à nos soins, Lamine Diack présumé innocent mériterait plus de considération de la part des patriotes sénégalais. Sous ce rapport, au vu de la vivacité de la tradition démocratique de notre pays, les récentes arrestations de leaders politiques, de journalistes ou de citoyens quelconques liées à cette affaire ne se justifient pas, analyse le leader de Tekki.  Par ailleurs, il constate pour le déplorer qu’il y a clairement une tentative, avec cette affaire, de discréditer les travaux des Assises nationales et partant de la CNRI pour organiser leur mise à l’écart dans la nécessaire transformation institutionnelle du pays. « Cette campagne orchestrée, entre autres, par ceux qui  militaient, hier, pour la monarchie républicaine dans la génération dite du « concret » et infiltrés, aujourd’hui, dans l’Apr, BBY, le Gouvernement et l’administration,  ne passera pas », avise-t-il. S’épanchant sur le message de  nouvel an du  président de la République, le chef de file de Tekki remarque que Macky Sall n’a délivré qu’un quatrième discours de politique générale qui, selon lui, n’apporte rien de nouveau par rapport à la communication gouvernementale.

Macky a délivré un 4ème DPG

« Le fond de l’opinion de Macky Sall est que l’architecture institutionnelle du Sénégal est bonne et elle permet de relancer l’économie du pays par l’application du PSE. Il faut donc lui laisser le temps d’appliquer le PSE, en contre partie, il est prêt à des retouches de la Constitution », a-t-il relevé. À son avis, cette opinion s’oppose aux conclusions des Assises nationales qui estiment qu’une  réforme profonde de la gouvernance institutionnelle, politique, économique, sociale et environnementale est un préalable à la transformation économique du pays par la mise en pratique du patriotisme économique pour la modernisation de l’agriculture et l’industrialisation. « Les réformes à mener sont clairement consignées dans la charte de gouvernance démocratique des Assises nationales signée par plusieurs forces politiques, syndicales, citoyennes de notre pays », a-t-il souligné. Non sans s’interroger : « Comment tout ce monde peut-il se tromper de diagnostic ? » Au demeurant,  dissèque le député non inscrit, ces  propositions de réforme constituent un tout cohérent et ont été confirmées à 75%  par la méthode participative mise au point par la CNRI. « Ceux qui ont signé la charte de gouvernance démocratique ont le devoir de se déterminer par rapport à l’avenir des conclusions des Assises nationales et de la Charte de gouvernance démocratique », conclut-il.

Mouhamadou BA

Voir aussi

Adama Barrow le nouveau président de la Gambie a prêté serment

REWMI.COM- La Gambie à officiellement un nouveau Président. Adama Barrow a prété serment ce jeudi …